Le 128°B.I et la 495°UFO

Par le lien -- http://www.ina.fr/audio/PHD94017840   voir, la preuve de la mise sous l'autorité de  l'Exécutif provisoire Algérien, la force locale de l'ordre Algérienne

  • (dont 10% de militaires FSE qui y avaient été mutès d'office, par l'armée Française ) 
  • Ecouter  l'Audio de la 8 minutes a la 11 minutes, ce que  vous pouvez voir  avec le lien surwww.ina.fr/video/CAF90002960
  • Christian Fouchet Haut commissaire de France en Algérie a bien dit le 21 Avril 1962

  •  

<< La France conformément aux Accords d'Evian, mets sous l'autorité de l'Exécutif Provisoire  cette force locale, dont l'Exécutif Provisoire disposera comme elle l'entend >>

**************************************************************************************

Aujourd'hui 20 juin 2015, je viens d'être informé, par un ancien (force locale) du 76 de la 495°UFO,  qu'il ne s'était rien passé  d'anormal dans cette unité dissoute le 1 juillet 1962

Le sort  des musulmans de france (qui ne connaissaient que le français" qui ont été  envoyés en Algérie   "pour complétés" les forces locales,   a été évoqués.

Ainsi qu'une    " Une attaque de l'OAS a eu lieu sur la jeep  du Capitaine ...... de la force locale, lui seul fu bléssé ?  "

Merci a l'Ancien  Radio de cette ex-495°UFO pour son appel téléphonique  "rassurant".

  • Ci-joint le petit article paru dans notre journal local (Paris-Normandie), relatant la blessure de notre capitaine (Massé) dans un accrochage avec la légion.
Cet événement a eu lieu le jour de la Pentecôte 1962, en début d'après-midi, j'étais radio dans la jeep derrière le capitaine. C'est effectivement un détachement de l'A.L.N. qui nous a dégagé.
 
Notre unité de force locale (U.F.L. 495) était stationnée dans une école primaire de Sidi-Bel-Abbès, en limite des quartiers européens et mulsumans.
 
Nous intervenions ce jour là contre une unité de la légion étrangère, passée à l'O.A.S., et qui tirait sur notre école à la mitrailleuse lourde depuis le milieu de la matinée.
 

Grosse frayeur rétrospectivement !....

 

Notre capitaine fut soigné dans un centre de soins de l'A.L.N.

 
Bien cordialement.
 
Radio de l'UFL 495 (U.F.L. du 128e BI) de début mai 1962 à début juillet 1962, je fus auparavant radio du commando de chasse 294 pendant 20 mois.
 
**********************************************
Capitaine de la 495 blesse
 
Article paru dans le journal local (Paris-Normandie), relatant la blessure du Capitaine Massé Commandant l'unité 495 de la Force Locale, dans un accrochage avec la légion, le 10 juin 1962.
Merci a l'Ancien de cette Unité 495, pour ce document explicide de grande valeur.....
 Ce capitaine fut soigné par un centre de soins de l'ALN...., pendant que moi le même jour, je suis allé dans une infirmerie (centre de soins)  de l'ALN à Guyotville, pour leurs offrir des médicaments, avec l'Infirmier de l'Unité 434..  ?????
****************
Sur un journal de ma région poitevine,  j'avais relevé          - Le  Jeudi 14 juin 1962  -  Sidi-bel Abbés  -  Le détachement de la force locale fut lui même attaqué par des commandos O.A.S.   Il riposta tandis que des éléments de l'A.L.N en uniforme survenaient pour lui prêter main forte
  -   ainsi que   depuis un an  76 membres français de la force de l’ordre, ont été tués dont 14 officiers"...........?

 Quand  j'ai voulu  revoir ces lignes, pour confirmation. Le journal en question  n'était plus dans les Archives départementales  du 86! 

Donc je "suis rassuré" pour les militaires de la Force locale,  mais je déplore, quand même ces ""76 Membres Français de la force de l'ordre , dont  les 14 officiers"", qui avaient été tués par  l'OAS, depuis un an !  ces trois derniers petit mots( depuis un an ) que je n'avais relevé, qui m'avait " troublé" un certain temps.

****************************

TACCHI René, né le 20 mai 1940 à Béthune (son père, Italien en France depuis 1933, était ouvrier cimentier), caporal au 128e bataillon d’infanterie, disparu le 2 mars 1962 (Algérie), enlevé par les rebelles au cours d’une opération de maintien de l’ordre au douar Touita, région de Boutin, département d’Oran

Wikipédia        Guerre d'Algérie

de 1959 à 1962, le 128e bataillon est cantonné dans la zone de Sidi Bel Abbès, région militaire d'Oran. Médecin chef capitaine bernard Pécout.

1962 Général SIMON et le Général CAFODANO 

La Voix de l'Oranie - Contribution de M. Hani Abdelkader, écrivain ...

voixdeloranie.com/.../1282-contribution-de-m-hani-abdelkader-ecrivain-historien-et-s...

  Copie  -Extraits  <<  La Force locale à Sidi bel Abbes

A Sidi bel Abbes, les unités de la Force locale sont  constituées de jeunes recrues 
de la région encadrés par des officiers et des sous-officiers français.
 Des sources avancent  que Ali Tounsi, celui qui sera plus tard directeur de la DGSN de l’Algérie indépendante ,
 alors sous-lieutenant de l’ALN dans la zone 5 (Sidi-Bel-Abbès) de la Wilaya V ,
 après avoir été détenu successivement dans les services psychologiques et d'internement de Misserghin, Baudens, Boukanéfis et  a la Maison d'Arrêt d'Oran
 est nomme sous-officier de la Force locale à Sidi Bel Abbés.

 Le 30 Mars 1962, l’OAS attaque  la base de l’ALAT, Le lieutenant Gavaldon  est tué.
10 juin 1962, l’ALN porte aide à une unité de la Force locale

A Sidi-Bel-Abbès, berceau et quartier général de la Légion étrangère, les incidents se multiplient entre légionnaires,
 force locale et éléments de l'ALN.. les maquisards de l’ALN ont des mars 1962 investit la ville et s’était installé
 dans le quartier arabe des Grabas. Ils tentèrent tant bien que mal d’assurer la défense         

Un sous officier français de Force locale se rappelle d’un événement qui a eu lieu en juin 1962 à Sidi bel Abbes :
 «  en début d'après-midi, notre unité de force locale (U.F.L. 495) était stationnée dans une école primaire de Sidi-Bel-Abbès,
 en limite des quartiers européens et musulmans . Elle est attaquée par une unité de la légion étrangère, passée à l'O.A.S.,
 et qui tirait sur notre école à la mitrailleuse lourde depuis le milieu de la matinée.
 Il reconnu que mis en difficulté par cette attaque il ne purent s’en sortir que grace à des elements de l’ALN en uniforme 
qui survinrent pour nous  preter main forte .
 « Notre capitaine blessé  fut soigné dans un centre de soins de l'A.L.N. »  >>>>>>

  1.  

Liste n 1

force-locale-de-l-ordre-algerienne-006.jpg

reconnaissance-recue-par-nos-camarades-de-la-446-ufl-2-1.jpg

Commentaires (2)

1. parisse 12/08/2017

je me trouvais a Boutin a cette meme periode en fin de periode d incorporation

yvon marie noel priou

yvon marie noel priou Le 12/08/2017

Merci de ton Message, qui pourrait me rassurer davantage, si tu m'avais mis un peu plus de commentaires. Réponds moi en mail privé. - était-tu dans cette force locale 503,??? Comment s'est passé cette fin de période ???

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 27/02/2019

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site