Le I / 60ème R.I et le III / 60 R.I avec la 404° et la 408° UFO

En ce qui concerne les 2 unités de la force locale du 60° R I  ?????

************************************************************************

Merci de me dire par un petit mot en fin de page, ce que vous avez  appris sur votre régiment et de cette force locale de l'ordre Algérienne constituée vers le début avril 1962, que vous ne saviez pas.

Par le lien -- http://www.ina.fr/audio/PHD94017840   voir, la preuve de la mise sous l'autorité de  l'Exécutif provisoire Algérien, la force locale de l'ordre Algérienne

  • (dont 10% de militaires FSE mutès d'office, par l'armée Française, après le 19 mars 1962 ) 
  • Ecouter  l'Audio de la 8 minutes a la 11 minutes, ce que  vous pouvez voir  avec le lien sur www.ina.fr/video/CAF90002960
  • Le représentant de la Nation Française en Algérie, Christian Fouchet Haut commissaire de France a bien dit le 21 Avril 1962

  •  

<< La France conformément aux Accords d'Evian, mets sous l'autorité de l'Exécutif Provisoire  cette force locale, dont l'Exécutif Provisoire disposera comme elle l'entend >>

 

Merci aussi, de me dire  si vous savez autre chose,  sur cette période transitoire de Mars 1962 à l'indépendance de l'Algérie

*************************************************************************** 

" Nous aimerions savoir, pour notre devoir de mémoire, si les informations

que nous avons obtenus en 2013 sur notre camarade de la Vienne,

(voir ci-dessous)  se serais pas passé ailleurs aussi  dans d'autres unitées,

dont nous n'avons aucune information précise a ce jour pour cette période?"

****************************************************************************

Copie de documents officiels )

Rousseau Jean Claude (86)  libéré de ses obligations légales le 1-5-62  

Maintenu sous les drapeaux le 1-5-62

Muté à  la 470 UFL à compter 1-4-62     Porté disparu   depuis le  2-7-62

Muté  CAR     101          23- 8- 62

Pris en compte   CAR  101 a/c   le 1-9-62   D.M  N°17903/ES CA/CH/ (illisible) en  date du 23-8-62

Affecté   CAR  4 Bordeaux  a/c du  1-9-62                                                       

Rectificatif à l’OM N° 18903/23 CA CH /p en date du 23- 8-62 a l’affectation à la CAR 101

Affecté  CAR/1   a/compter  du 26 -9-62   A.M 9105  ( illisible)  du 26-9-62

Déclaré décédé le 2- 7-62   Par jugement rendu le  18-6-63 par le TGI de Poitiers

 Jeune soldat courageux et dynamique de la 470ème compagnie de la force locale stationnée

à Reibell  (Algérie)  Le 2 juillet son unité ayant été encerclée par des éléments rebelles,

a fait preuve d'abnégation et d'un mépris total du danger en refusant de se laisser désarmer.

A éte tué aucours du combat qui s'est engagé 

*******************************************************************

Yvon priou pour site

Le Colonel Mathieu est toujours parmi nous, comme Adjoint au Cdt. de secteur, tout en conservant le commandement du 60ème RI.

Le 60 °RI recréé le 16 juin 1954 et intégré à la 11e division d’infanterie, il est dirigé dès le mois d'août 1954 sur la Tunisie où il forme, avec le II/28e RA, un détachement de Transmissions, et une antenne médicale le Groupement Mobile 211. Il combat dans le nord de la Tunisie, puis passe en Algérie. Il quitte sa division pour intégrer la 2e DIM. Il sert dans le Constantinois jusqu'en 1962.À cette époque la compagnie de commandement est à Laverdure, son secteur postal est SP 88623. Le commandant de la compagnie de commandement est le capitaine Bordier.

Le troisième bataillon (III/60 RI) est cantonné à Villars aux ordres du Chef de bataillon Georges Roidot. Son secteur postal est SP 88578.

Déjà ce mouvement des harkis avait commencé fin 1961 et j’avais eu à déchiffrer entre autres un message secret signalant l’enlèvement d’un poste français sur la frontière grâce à la trahison de FSNA : 7 tués, 2 blessés et 14 déserteurs, sans parler d’un butin énorme en armes emportées par les fells

. Ici même une de nos harkas avait eu une désertion : aussitôt interrogatoire des proches du harki et torture de sa femme pour monter une opération de recherche. Ainsi le contingent était pris entre plusieurs feux : les fellaghas toujours, mais en plus l’OAS, les harkis (ce qui gâtait beaucoup nos relations avec eux) et les appelés d’origine algérienne incorporés à nos unités. Le danger et la méfiance étaient partout, jusque dans nos rangs avec la présence des éléments des unités dissoutes. Cette situation allait durer jusqu’à la fin, c’est-à-dire février 62 pour mes camarades de la 59 2/B et moi, et l’angoisse était grande, l’OAS faisant en plus sauter les bateaux pour que le contingent ne puisse rentrer en métropole.

Recréé le 16 juin 1954 et intégré à la 11e division d’infanterie, il est dirigé dès le mois d'août 1954 sur la Tunisie où il forme, avec le II/28e RA, un détachement de Transmissions, et une antenne médicale le Groupement Mobile 211. Il combat dans le nord de la Tunisie, puis passe en Algérie. Il quitte sa division pour intégrer la 2e DIM. Il sert dans le Constantinois jusqu'en 1962. 

À cette époque la compagnie de commandement est à Laverdure, son secteur postal est SP 88623. Le commandant de la compagnie de commandement est le capitaine Bordier. Le troisième bataillon (III/60 RI) est cantonné à Villars aux ordres du Chef de bataillon Georges Roidot. Son secteur postal est SP 88578.

15 avril 2012 Témoignages de notre Ancien camarade  sur son site

http://1961-1962-algerie.over-blog.com/article-dimanche-15-avril-1962-102956159.html  

Je pense que nous avons dû déposer des appelés à Laverdure, Zarouria, Dréa et Clairefontaine avant d'arriver à Tébessa si j'en juge par les unités de la Force locale qui étaient créées à partir de ce jour du 15 avril 1962 :

Unité corps chargé de la mise sur pied  implantation
408e UFO III/60e R.I.M. Laverdure
409e UFO 153e R.I.M. Zarouria
410e UFO 4e R.H. (hussards) Dréa
411e UFO 26e R.I.M. Clairefontaine
412e UFO  I/40e R.A.A. Tébessa Bir el Ater

 

 

 

 

************************************************************************************************

 (Copie Internet) 

Entre les forces locales et le Préfet de Bône.......il y avait .......  .......?

Qui est Hamlaoui Mekachera ? Les informations extraites de son site retracent sa carrière militaire notamment en Algérie durant la guerre de Libération : « Après avoir servi en Indochine, il rejoint l'Algérie dès sa sortie de l'Ecole d'application de l'infanterie de Saint-Maixent en 1958 ». La même source ajoute qu'il a participé aux opérations le long de la frontière tunisienne sous le drapeau du 60e RI comme sous-lieutenant puis lieutenant.

Hamlaoui Mekachera aura une nouvelle affectation en Algérie comme conseiller technique du préfet de Bône

Nous savons que les forces locales étaient à la disposition des Préfets, donc Monsieur le Ministre savait !

Lorsque le cessez-le-feu intervient en mars 1962, la situation est plus tendue que jamais. Coupé de l'armée, il s'efforce d'éviter les affrontements.

Rien 002

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rien 001

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les services du Ministére de la Défense  n'ont jamais répondu au Député, ni au Sénateur

Mise à jour  : 18/10/2018   Décès de Hamlaoui MEKACHERA  - par Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Armées.

Je salue en Hamlaoui MEKACHERA un illustre prédécesseur qui géra pendant cinq années, de 2002 à 2007, le secrétariat d’Etat puis le ministère des Anciens combattants. Commandeur de la Légion d’Honneur, détenteur de l’ordre national du mérite et de la croix de la valeur militaire, il le fit avec talent et savoir-faire, avec cette désormais rare singularité d’être lui-même un ancien combattant des guerres d’Indochine et d’Algérie.  Né en Algérie en 1930, il choisit la France au temps de l’indépendance. Français de cœur, il vécut plusieurs vies. Celle du commandant au service de la France, celle du directeur d’hôpital au service de la santé publique, celle du politique au service de ses combats et notamment ceux de l’intégration, de la reconnaissance et de la mémoire.Le titre de son ouvrage est surement un des meilleurs résumés de sa vie : un seul cœur, un seul drapeau(?). De l’école des enfants de troupe au ministère des anciens combattants.          Homme d’engagement, homme de conviction, homme de fidélité, Hamlaoui MEKACHERA mérite notre reconnaissance. A sa famille et à ses proches, j’adresse mes sentiments attristés et mes sincères condoléances.

Toutefois, le 26 juin 1962, c'est dans "une atmosphère de sauve-qui-peut " qu'il embarque à l'aéroport d'Annaba

Le général Georges Roidot, qui commandait alors le 3e bataillon du 60e RI, confirme :

"Mekachera était un officier d'une totale loyauté. Il avait sous ses ordres des appelés auvergnats et jurassiens, mais, parmi les supplétifs des deux compagnies de harkis qui étaient là en appui, il en connaissait plusieurs personnellement.

Le 3/60ème RI quitte Souk Ahras au début de 1962, pour Mostaganem. Ses Harkis refusent de suivre le bataillon. Lorsqu'il est rapatrié, il emmène à Rivesaltes ses engagés musulmans et leurs familles " (Général Georges Roidot)

Le 60ème RI est une des unités qui  a été reconnu unité combattante jusqu’au 5 octobre1961, mais cette unitée,  le 60ème R I à recommencer à être reconnue unité combattante, à partir du 2 juin 1962 jusqu’au 1er juillet 1962 (voir)

  Bulletin officiel des arméN°54  de 1976 (Pourquoi ? )

 -  alors que des militaires du contingent Français de métropole FSE avaient été mutés dans l'unité 404 et 408 de la force locale Algérienne ?

 composés 90% de musulmans Algériens de tous bords

 Bizarre ?????

60 ri4

Le général Georges Roidot, qui commandait alors le 3e bataillon du 60e RI, confirme : " Mekachera était un officier d'une totale loyauté. Il avait sous ses ordres des appelés auvergnats et jurassiens, mais, parmi les supplétifs des deux compagnies de harkis qui étaient là en appui, il en connaissait plusieurs personnellement. Heureusement, la ligne de barbelés remplissait son rôle et la zone était relativement calme." Le lieutenant Mekachera reçoit quelques lettres anonymes mais prévient les débordements : "J'ai fait en sorte que mon unité puisse avoir une certaine culture comportementale." Les interrogatoires poussés, la torture ? Il affirme ne jamais y avoir assisté, tout en admettant que leur existence était "possible".

Après un stage en métropole, Hamlaoui Mekachera aura une nouvelle affectation en Algérie comme conseiller technique du préfet de Bône. Lorsque le cessez-le-feu intervient en mars 1962, la situation est plus tendue que jamais. Coupé de l'armée, il s'efforce d'éviter les affrontements. Toutefois, le 26 juin 1962, c'est dans "une atmosphère de sauve-qui-peut"qu'il embarque à l'aéroport d'Annaba

Secret defense
 

 

reconnaissance-recue-par-nos-camarades-de-la-446-ufl-2.jpg

 

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 07/11/2018

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site