Les Harkis et les justes de l'armée Française

Bonne Lecture,  et, Merci de me dire par un petit mot en fin de page, si vous avez  appris des choses sur cette période de Guerre d'Algérie

************************************************************

Lien pour l'autre site   marienoelyvonpriouforcelocale19mars1962 e.monsite.com 

Entre  -   la loi du 26 décembre 1961 et.... une des dernières lois  ??? sur les harkis   -   la loi « Mekachera » du 23 février 2005 - il a été dénombré,........21 lois par le Conseil Economique et Social saisi par le Premier ministre par lettre du 30 juillet 2007.

*****************************************************************************

9 - Les Justes de l'Algérie française - Alger 26 mars 1962

Copie 

alger26mars1962.fr/index.php?option=com_content&view=category&id...

9.1 - Liste des JUSTES de l'Armée Française en Algérie - 1962 de Guy Amand ... VII - Après le 19 mars le mensonge d'Evian - Les justes de l'Algérie Française.ww.alger26mars1962.fr/index.php?...justes-de-l-armee-francaise-en-al..

.http://9 - Les Justes de l'Algérie française - Alger 26 mars 1962

Liste des JUSTES de l'Armée Française en Algérie 1962 avec la photo d'Yvon Priou militaire du contingent du 4ème BCP 

Auteur du site

 

Je viens de retrouver sur Internet ma Photo de crapahuteur des Aurès traversant le Canyon de Rhoufi, commune de Ghassira au retour d'une opération, dans la liste des justes de l'armée Française en Algérie avec un autre nom, Enseigne de Vaisseau Dominique Rose, (Source site de la DBFM)  

c'est pourquoi je me permet de mettre cette liste, dans cette page de mon site

Ca liste 1

Ca liste2

Ca liste 3

*****************************************************************************

Dbfm et oas

Page 273 du livre

7 officiers, 15 sous officiers, 85 hommes de troupe de la DBFM, stationnée à Oran, rejoignent en corps l'OAS.

DBFM, stationnée à Oran, rejoignent en corps l'OAS.

 

Il est vrai qu'ils ne savaient pas avec qui ils combattaient ?

Mort pour la France en Algérie

En A F N: 83

 - Cdo Jaubert: 11

 - Cdo de Montfort: 24

 - Cdo de Penfentenyo: 8

 - Cdo Trépel: 11

 - PC Grouco: 1

 - D B F M + Siroco: 29

Archives Musée des Traditions des Fusiliers Marins Commandos de Lorient¨   280 noms de DCD

De retour au campement de Géryville  Robelin meurt quelques heures après et reste le dernier des 55 commandos marine en béret vert tombés pendant la guerre d'Algérie.

  IL est vrai qu'ils ne savaient pas avec qui ils combattaient ? Car les  8  DCD ci -dessous  sont morts << tués par l'Armée Française ?>>

BLANC Prénoms : André Joseph   Guerre d'Algérie Grade, unité : Quartier-maître fusilier - Commando de Montfort
Naissance  Date : 12/02/1938   Décès  Date : 16/08/1959  (21 ans)
Pays : 9352 - Algérie  Commune : Djebel Bou Lerhfad
Lieu, complément : Aïn Sefra En savoir plus..
Mention Mort pour la France : Oui    ¨- Tué par l'artillerie française - 

FERRE Robert Léon Quartier-Maître Fusilier - Commando de Montfort
+ 16/08/1959 Djebel Bou Lerhfad Algérie


MÜLLER Jean Quartier-maître infirmier - Commando de Montfort
+ 16/08/1959 Aïn Sefra (département de Saïda) Algérie


PETITJEAN Pierre Louis Quartier-maître de 2e classe fusilier - Commando de Montfort
+ 16/08/1959 Aïn Sefra (département de Saïda) Algérie


QUENTEL Joseph Second maître fusilier - Commando de Montfort
+ 16/08/1959 Aïn Sefra (département de Saïda) Algérie

RIVES Roger Arnaud Quartier-maître de 2e classe fusilier - Commando de Montfort
+ 16/08/1959 Aïn Sefra (département de Saïda) Algérie


SANTIA Jean Henri  Matelot fusilier - Commando de Montfort
+ 16/08/1959 Aïn Sefra (département de Saïda) Algérie

SULPIS Fernand Auguste Lieutenant de vaisseau - Commando de Montfort
+ 16/08/1959 Aïn Sefra (département de Saïda) Algérie

Chevalier de la Légion d'Honneur pour services exceptionnels en Extrême-orient (1956), officier de la Légion d'Honneur (Décret du 29/09/1959), Croix de Guerre des TOE, Médaille Militaire, Croix de la Valeur Militaire avec palme, 8 citations - Entré en service le 16/05/1945 formé dans l'Aéronavale, commandant du Commando de Montfort depuis le 11/07/1957, tué par l'artillerie française au départ d'un assaut

 

************************************************************* 

Yvon Priou Militaire du Contingent muté d'office dans la Force Locale et qui cotoyé un Lieutenant de l'ALN de Tunis dans une unité de la Force Locale (434 UFL), remercie l'OAS,  au noms de ses camarades "qui sont revenus", de nous avoir laisser en vie, contrairement a ce qui est écrit sur le trac ci-dessus

***************************************************************** 

Ca liste4

 

Ca liste6

Ca liste 7

Ca liste 8

 

Ca liste10

Ca liste 11pture

 

"Les Justes" de l’Armée Française- Guy Amand

jeudi 26 novembre 2015

 

Liste des JUSTES de l’Armée Française en Algérie 1962

"SAUVER UNE VIE C’EST SAUVER L’HUMANITÉ" (Talmud)

Guy Amand 2015
-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Nous publions ici, une liste de militaire, ayant par leurs actes, mérité de figurer dans notre Panthéon, des Grands Hommes. Ils ont, avec des initiatives courageuses et altruistes, mis leur carrière au second plan, préférant suivre le chemin de l’Honneur. Nous gardons dans nos cœurs le souvenir de leur Humanité, leur Droiture et leur Fidélité à la parole donnée.
Bien entendu cette liste n’est ni exhaustive, ni fermée, et cela sera pour nous, un immense bonheur que d’y rajouter des noms. Ils ont gardé l’Honneur, qu’ils en soient honorés.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Lieutenant RABAH KHELIFF

Commandant la 4ème Cie du 30éme BPC (Bataillon de Chasseurs à pied S.G.), a emmené sans ordres ses hommes en camion jusqu’à la Préfecture d’Oran, le 5 juillet 1962 et libéré des centaines de civils européens prisonniers du FLN, promis à une mort certaine. Devenu Capitaine. (Source Web)

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Colonel LALLEMAND

Commandant le 22éme R.I à TENES, en juin 1962, a pris sous sa responsabilité de faire embarquer tous ses harkis (qui ne voulaient pas rester en Algérie) avec femmes et enfants, sur un navire affrété à ses frais.

Un de ses fils, lieutenant, a menacé et fait mettre en joue avec les F.M de sa Cie, les gendarmes mobiles qui ne voulaient pas que les harkis prennent le bateau (Source Ténès info)

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Sous Lieutenant Maurice de KERVONAËL du 28ème Dragons

Avait 108 hommes sous ses ordres, dont 78 musulmans, en a rapatrié 30 avec leurs familles (volontaires) transportés par taxis d’AFFREVILLE vers ALGER (interdit de se servir de moyens militaires) « à ALGER, les gendarmes ont été formidables et nous ont aidés à mettre tout le monde dans un bateau ».

Sa sœur et son beau-frère, propriétaires d’un domaine dans le Minervois ont accueilli tous ces rescapés. (Livre Harkis, soldats abandonnés)

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Lieutenant François MEYER, du 23ème Spahis

A rapatrié environ 350 harkis, familles comprises, en France et il s’est occupé de leur insertion. Devenu Général. (Source : idem ci-haut)

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Lieutenant Armand BENESSIS de ROTROU,

Ancien du Commando Georges, (commando de chasse - 1959 - composé essentiellement d’anciens membres FLN et ALN ralliés à la France - Dissous avril 1962 S.G.) puis au 81ème RIA (Régiment d’Infanterie Alpine S.G.) à Djidjelli, avec l’aide du Capitaine Georges MARCE, a rapatrié 250 harkis et leurs familles par bateau.

Ils se sont occupés de leur hébergement dans l’Est de la France. Est devenu Lieutenant-colonel (Source : son livre "Commando Georges et l’Algérie d’après" 2008)

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Capitaine Maurice FAIVRE

Commandant d’escadron du 20ème Dragons. S’est occupé de rapatrier 53 familles et fait des démarches en France pour l’insertion de ses harkis. Devenu général. (idem)

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

André WORMSER

Banquier de profession, officier de réserve en poste à SAÏDA, a tout fait pour faire rapatrier des harkis du commando Georges (une partie seulement), ensuite il s’est occupé de les recaser en France dans des propriétés familiales.(idem)

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Général CASENAVE

Commandant la 9ème D.I en 1960 (Orléansville) à fait tout ce qu’il a pu pour évacuer ses commandos de chasse en liaison avec le Colonel Lallemand, par bateau à partir de TENES. (Livre Harkis, soldats abandonnés)

« J’ai suivant les ordres que je recevais, multiplié les efforts pour engager les éléments musulmans à nos côtés et leur donner les garanties touchant la protection que leur assurerait, en toute hypothèse, La France. Le 3 juillet, tout ce que j’avais ainsi dit s’est trouvé définitivement bafoué ou renié. Il m’en reste une blessure qui m’a enlevé le repos. » Général Casenave.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

MARINE NATIONALE

Vice Amiral d’Escadre Jean BARTHÉLEMY

Commandant la base de MERS-EL-KEBIR, a mobilisé le Porte-avions LAFAYETTE et les BDC (Bâtiment de Transport de Chars ... de troupes, de matériels et de véhicules aussi S.G.) « Cheliff, Trieux, Blavet et Argens » pour évacuer tous les harkis (qui le désiraient) de la DBFM, (Régiment blindé de fusiliers marins S.G.) avec femmes, enfants et bagages, voitures..... 1000 personnes également, des civils européens et musulmans - 19.300 personnes entre le 1er juin et le 31 juillet 1962 -.

Il a eu un entretien téléphonique orageux avec le Général KATZ Commandant la place d’ORAN le 5 juillet.1962. Ce dernier laissant faire les massacres de Français par le FLN, il a envoyé des fusiliers-marins en camion à ORAN pour sauver ce qui pouvait encore l’être.

Tous ces officiers DBFM ont contribué à la protection, le transfert vers la base aéronavale de MERS-EL-KEBIR, l’embarquement pour la France et l’installation sur place et en particulier à LARGENTIERE. (Grades en 1962).

Chefs de Corps


- Capitaine de Vaisseau PONCHARDIER
- Capitaine de Vaisseau VIVIER
- Capitaine de Vaisseau FLICHY
- Capitaine de Frégate DE JOYBERT
- Capitaine de Vaisseau GUILLON
- Capitaine de Vaisseau MERLET
- Capitaine de Vaisseau ROURE
- Capitaine de Vaisseau CAZALIS de FONDOUCE

Sur le terrain (frontière Algéro-Marocaine) 1er, 2ème et 3ème Bataillons


- Capitaine de Corvette COULONDRES (à droite de l’amiral)
- Capitaine de Corvette SERVENT
- Capitaine de Corvette FRAIN de la GAULAYRIE
- Capitaine de Vaisseau DELAYEN, Chef du Commando « Yatagan »
- Lieutenant de Vaisseau RUYNEAU de St GEORGES, Chef du Commando « Tempête »
- Capitaine de Frégate SANGUINETTI, Chef du Bataillon d’intervention.
- Capitaine de Corvette DEMAY
- Enseigne de Vaisseau Dominique ROSE (Source site DBFM)

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

NB : tous ces officiers avaient déjà prévu le repli de leurs supplétifs avant le 19 mars 62 et fondé une association....!

Lieutenant-Colonel Michel MANY *

Commandant le 159ème BIA - 1961-62 - Bataillon d’Infanterie Alpine, issu du 159ème RIA de Briançon et créé spécialement pour la guerre d’Algérie.
Composé de 10% d’européens et de 90% de musulmans, basé à BOGHNI en Grande Kabylie.

Après le 19 mars 62, il a rapatrié un certain nombre de ses supplétifs désirant partir en métropole. Il est devenu Général. (Source : famille du JUSTE avec l’aide du Médecin Gal. HC Guénoun))

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Lieutenant Yves DURAND,

Chef de la SAS de THIERS près de Palestro en mars 1959, son épouse crée un foyer féminin. Il crée ensuite 2 autres SAS : Maala El Isseri et Ouled Gassam.Au début de 1962, rassemble tous ses harkis et leurs familles et les fait transporter par camions à la ferme Begenen près d’Alger. Il fait partir par bateau plus de 2500 personnes et attendit que tout le monde soit embarqué pour en faire autant le 30 juin avec sa femme et sa fille.

De 1962 à 1968, il devient inspecteur du service des français musulmans au sein du Ministère des Rapatriés et reclasse tout son monde dans différents villages construits près d’Antibes, Cannes et Manosque ; également à Onglet (Alpes de Haute Provence) et Sallerans (Hautes Alpes). (Source : Miages et Djebels)

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Lieutenant Daniel ABOVILIER

Chef de SAS en Kabylie * Président National de l’Association des anciens SAS.
« En mars 62, pour moi abandonner mes hommes, c’était impensable, il me fallait les sauver à tout prix, ma seule question c’était comment ? »
« Avec l’aide de fonctionnaires, le Sous-Préfet d’Akbou a été très bien et m’a fourni de vrais faux-papiers et mon ancienne entreprise des certificats de travail, j’ai donc pu rapatrier en métropole mes 50 moghaznis et leurs familles
 » (Source site harki AJIR)
NB : il faut savoir qu’après le 19 mars tous les harkis devaient êtres désarmés.
* à confirmer

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Clara LANZI,

Présidente fondatrice de SECOURS de France, le 15.08.1961.

OBJECTIF : secourir toutes les victimes de leur foi en la patrie et particulièrement les harkis rescapés des massacres, parqués au début dans des camps insalubres ; Clara s’est occupé d’eux sans relâche avec l’aide et le soutien entre-autres du Bachaga Boualam des maitres Tixier-Vignancourt et Isorni, Georges Bidault, Jacques Soustelle, le colonel Château-Jobert, Hélie Denoix de Saint Marc etc.......c’est une femme d’honneur...... (Source AJIR)

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Capitaine Léopold AYGUEPARSE,

Commandant la SAS de TOUDJA. Il a désobéi aux ordres officiels pour obéir à l’impulsion de son cœur et a rapatrié 196 personnes (harkis et leurs familles) en juin 1962. Ce capitaine de SAS s’inscrit parmi les hommes d’exception et a poursuivi son idéal humaniste. (Source AJIR).

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Lieutenant Bernard MOINET

Commandant de SAS, muté comme beaucoup d’entre eux en métropole avant le 19 mars 1962.

« Lorsque j’ai appris la liquidation de ma harka, j’étais furieux et écœuré par la lâcheté criminelle du gouvernement et des officiers disciplinés. Je ne voulais plus porter l’uniforme, j’ai donc renvoyé ma Légion d’Honneur et démissionné de l’armée le même jour. »

Depuis, il n’a cessé de se battre contre la falsification de l’histoire des harkis. Pour lui comme beaucoup d’autres, il était possible de faire respecter les accords d’Evian, de rapatrier les supplétifs menacés. Il aurait suffi de faire sortir des casernes des commandos et des blindés, l’ALN ne faisant pas le poids.

Il a œuvré pour aider à l’installation des harkis en France. (Source AJIR)

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Lieutenant SÉNAT

Officier SAS près d’AFFREVILLE, a aidé le Sous- Lieutenant Kervonaël à évacuer ses harkis jusqu’au port d’Alger. En France, devenu Capitaine, il œuvre pour recaser et loger les harkis en Auvergne (tout le monde ne pouvait être accueilli dans le domaine familial de la sœur de Kervonaël). (Source livre Harkis soldats abandonnés).

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Lieutenant d’AGESCY

A aidé le Lieutenant MEYER à évacuer ses harkis de GERYVILLE à ORAN le 9 juillet 1962, par la route. Le Colonel FRESSON Commandant le 23ème Spahis a fourni une escorte blindée commandée par le Chef d’Escadron de COLSTOUN, avec consigne d’ouverture de feu sur l’ALN en cas de barrage routier ! Les commandos Marine avaient dit à Meyer « on ne te laissera pas tomber », Effectivement tout le monde a été hébergé puis embarqué à MERS EL KEBIR, le 13 juillet.

NB : à l’arrivée à ORAN, les autorités militaires voulaient bien héberger les Spahis mais pas leurs femmes et enfants. (Source idem)

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Sous- Lieutenant Alain de la MORANDAIS

Chef de la SAS de BOUALAM a rapatrié ses hommes et s’est occupé de les recaser en France, il a aidé MEYER a recaser les siens. (Source idem)

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Capitaine CROGUENNEC

Commandant la 2ème Cie du 2ème Zouaves à ORAN. Le 5 juillet 1962, il porte secours et fait libérer 400 civils retenus au Commissariat Central par les fells. Il les accueille dans son cantonnement sis à l’école Jules Ferry, les sauvant d’une mort certaine......(Source web)

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Capitaine Roger-Pierre MENARDAIS

(lettre de son neveu)

« Comme promis je vous envoie les deux dernières citations de mon Oncle qui permettent de déterminer les régiments d’appartenance des deux commandos de chasse qu’il a commandés.

Jusqu’en août 1961 son commando 292, relevait du 3 RIA (régiment d’infanterie alpine) puis le commando qu’il a ramené en métropole devait être rattaché au 93° régiment d’infanterie et correspondait au commando en charge de la zone Nord-Oranie (ZNO).

Ce commando a pu être ramené légalement, car en une nuit mon Oncle a transformé illégalement les contrats de supplétifs en contrats d’engagés de l’armée régulière. La ventilation de ces faux et nouveaux soldats dans d’autres régiments dès leur arrivée en France a permis de limiter la supercherie à seulement quelques chefs traumatisés par le massacre en cours des Harkis.

De même, il a réussi à sauver quelques Harkis du commando Georges abandonnés par son chef et a récupéré en France ADDA (dit le docteur) toujours en relation avec lui (2014). »
(Source : Neveu du Juste)

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Colonel Guy LEBORGNE

Commandant le 3ème RPIMa (ex 3ème RPC de Bigeard jusqu’en 58. C’est le seul régiment para de la 10ème DP, resté légaliste pendant le Putsch d’avril 1961.

Après le 19 mars 1962, le 3ème RPIMa fait du maintien de l’ordre dans la plaine de la Mitidja et ALGER.

Rappel : Selon les accords d’Evian, il était interdit à l’armée française de faire usage de ses armes, de fouiller les individus et les maisons.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

SERGENT Alain SAICHE

Le 15 juin 62 de passage à DAOUDA en convoi, sa compagnie perçoit des voix plaintives, provenant d’une mechta au bord de la route, les paras investissent le bâtiment et trouvent deux civils européens pieds et poings liés, prisonniers des fells et promis à une mort certaine, ils sont libérés sans coups de feu.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Capitaine LANGLOIS

Sur renseignements, sa compagnie portée reçoit pour mission de voler au secours de civils européens, enlevés et maintenus prisonniers dans une villa proche de STAOUELI. Sous pression l’ALN libère les prisonniers.........

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Colonel Guy LEBORGNE

Son honneur et celui de son régiment, fut à l’heure du départ de la base de SIDI-FERRUCH, le 20 juillet, de ramener en France sa « Katiba » (tous les harkis de la 5ème Cie). Harkis courageux qui avaient fait le choix de rester français (environ une centaine, pas de précision pour les familles). (Sources : Médecin Général Germain Dupeyron, Médecin Général. Henri-Claude Guénoun et livre
« 3ème RPIMa Contre-Insurrection Algérie 1960-62 » du Gal D.ROUDEILLAC)

Cette liste n’est pas close et ne le sera jamais.............

Dbfm

Le commando n'ayant pas respecté le cessez le feu, de retour au campement de Géryville,  Robelin meurt quelques heures après et reste le dernier des 55 commandos marine en béret vert tombés pendant la guerre d'Algérie.

 

Un commentaire d'un "fellaga" sur le 19 Mars 1962, a la suite d'un commentaire d'un militaire du Contingent Français

Les paras png

Commentaires prit sur le Blog de Michel Dandelot

Le_ Canari_de_retour  Lundi 24 Mai à 18:51

Par e-mail, j'avais tenté d'ouvrir avec Fatma Besnaci un dialogue sur le cas des harkis.
Par la suite, constatant son obstination à ne pas vouloir aborder certains sujets tres sensibles concernant ceux qui se sont bradés au détriment de leur honneur, de leur pays , de leur famille et leur peuple , j'ai préféré couper court avec elle parce qu'elle défendait/ défend une cause pour laquelle elle paraissait plus "colon" que les richissimes colons qui ont vite compris pourquoi il était temps - pour eux- de lever les voiles.

J'aurais dû demander à cette dame ce qu'elle pensait des collaborateurs français dans les rangs Nazis et si les maquisards - le jour de la libération de la France - avaient fait du "bon boulot".

En écrivant ces lignes, je me rappelle d'un article que j'avais rédigé concernant un harki (ou collabo) qui a commis les pires atrocités dans la ville de Boufarik et, pour la collecte des informations, j'ai pris contact avec les victimes qui ont échappé à la mort face à ce monstre .

Ce genre d'individu avait peur même de son ombre puisque sa conscience était constamment agitée.
Il a fallu que l'épouse du-dit harki soit complice d'un commando FLN désigné pour la "noble tache" , ce qui a permis ""aux nettoyeurs """ l'accès de son domicile.

Leur irruption ( toute une mise en scene) pour acceder au domicile afin de le "travailler" tout en étant équipés des mêmes outils que le harki utilisait pour torturer ses victimes.

Par ailleurs, les harkis de l'Oranie , avant que l'horreur se propage à travers l'Algerie en guerre, faisaient irruption dans les foyers où résidaient des PN pour les passer à la lame et faire croire que les Arabes étaient à l'origine de ces multiples crimes.
Un nombre incalculable de familles PN-Oranaises ont été anéanties de cette manière.

À la même période, je residais à Blida et je ne sais comment , durant notre garde de nuit sur les terrasses de notre quartier , mes amis et moi-même etions chargés de veillier sur la sécurité de tous habitants du voisinage ( Arabes et PN) .

C'est alors que nous avons arrêté deux individus qui se sont fait passer pour des maquisards.
Ils se déplaçaient de nuit de terrasse en terrasse , et étaient habillés en Djellaba à la manière de nos Moudjahidine.
Apres les avoir "pressés " ils avoueront avoir "programmé" les PN du quartier.
Et le comble, ces PN étaient mes voisins , leurs enfants étaient mes amis avec qui - le jour - on passait le plus clair de notre temps.
Malgré le couvre-feu nous avons remis ces 2 harkis entre les mains du commissaire politique qui les emmènera vers une autre destination.

Si la révolution Algérienne a duré 7.5 ans, le retard pris s'explique par le fait qu'il fallait supprimer les embûches rencontrés sur son noble parcours.

Le_Canari_de_retour     Blida le 25 Mai 2021

Répondre

2

Bordeflume Profil de Bordeflume

Dimanche 23 Mai à 18:52

Tout à fait d'accord. J'avais déjà signalé sir ce blog l' incompréhension de Mme Besnaci-Lancou à admettre que des appelés aient pu avoir  un regard  à la fois lucide et sans haine envers les harkis. Lorsque j'ai quitté la harka dont j'avais la charge début 1962 j'ai du procéder à un "confessionnal" pour mesurer le risque de ne pas les ramener en France. Tous n'avaient pas été des enfants de chœur. Mais je les avaient préparé à l'évolution politique en leur évitant  par exemple tout agressivité vis à vis de la population..et j'ai appris depuis qu'aucun n'avait payé de sa vie le retour dans son village. Mais d' autres officiers les ont leurrés jusqu'au bout.

Lorsque j'ai tenu ce langage à Mme Besnaci-Lancou, j'ai provoqué aussi cette réaction épidermique dont parle Jacques. Il ne faut désormais donner aucune importance à ce genre d'interlocutrice toujours "énervée"  et sectaire ! Il est regrettable que France 5 lui ait encore offert cette tribune après d'autres médias.

Répondre

1

Cros Jacques

Dimanche 23 Mai à 10:33

La question des harkis est effectivement fort délicate.J'ai tenté d'expliquer ma position à Mme Fatima Benaci Lancou au cours d'un échange que nous avions eu par internet. En gros j'étais plus disposé à plaindre les harkis qu'à les blâmer. Il reste que  je comprends l'animosité qui perdure en Algérie par rapport aux exactions que certains ont pu commettre. Que n'ai-je dit ! J'avais eu mille fois tort de ne pas déserter quand on m'a appelé pour aller faire la guerre en Algérie. J'avais fait preuve de lâcheté ! Venant d'une fille de harki la critique, annoncée de manière violente, m'avait paru cocasse ! J'ai donc cessé tout échange avec cette dame.

 

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 21/07/2021

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site