Pour savoir tout sur les 114 UFO de la 401 a la 514 UFO

Pendant la période transitoire en Algérie, en 1962 et ce qui avait été dit et décidé par nos parlementaires en 1961

Bonne Lecture,  et, Merci de me dire par un petit mot en fin de page, si vous avez  appris des choses sur cette période Transitoire de "Guerre d'Algérie"

**************************************************************************

Ministere

Ministere de la d

Ministere de la defense

Courrier interpellation g darrieussecq

Documents ci-dessous  envoyés par le sous directeur du Cabinet du Ministre sous-direction des bureaux des Cabinets,  qui ne peuvent pas être mis ailleurs, car ils s'envolent en fin de page ?

img005-1.jpg

img006.jpgimg006.jpg

img007.jpg

Lien pour l'autre site   marienoelyvonpriouforcelocale19mars1962 e.monsite.com  -

titre qui a disparu de Google par enchantement, aprés 90 000 visiteurs

lien -- http://www.ina.fr/audio/PHD94017840   sur passation de pouvoirs de la Force Locale 21/04/1962

Audio a écouter de la 8 minutes a la 11 minutes, ce qu'on peut voir sur www.ina.fr/video/CAF90002960

********************************************************************************

Pour ceux qui savaient et n'avaient pas chercher a comprendre ( je remercie le camarade du 5ème R.I qui a témoigné dans la voix du Combattant ou la première fois depuis 57 ans, le mot "force locale "est trancrit dans le N° 1836 page 36 

  <<  Le second point sur lequel s'est fixé mon attention dans ce qu'écrivait Margolis a été une totale découverte. Il s'agit de la mise à disposition de l'Exécutif provisoire de l'État algérien d'officiers, sous-officiers et hommes de troupe métropolitains dans le cadre de la « Force Locale ». Jusqu'à mon tout récent regain d'intérêt pour l'histoire de la guerre dans laquelle j'avais été plongé à l'âge de vingt ans, j'avais ignoré ce détail.

Le 7 avril, tous les FSNA du 5e RI étaient partis en « Force Locale », je ne savais que vaguement de quoi il s'agissait. Une lettre de mon père postée à Marseille le 18 avril m'apprit quelques jours plus tard que la presse annonçait la « création de 200 pelotons de forces locales, soit 40 000 hommes, tous musulmans » destinés à « remplacer l'armée française pour le maintien de l'ordre ». Plus tard j'ai su que certains de ces anciens troufions FSNA étaient devenus des ATO, ces auxiliaires de police dont j'ai pu évaluer la manière très spéciale de maintenir l'ordre en observant l'un d'eux à l’œuvre le 5 juillet dans la rue de l'Hôtel de Ville.

Les « 200 pelotons » furent en réalité au nombre de 114 Unités de Force Locale-Force de l'Ordre (UFL-UFO) mises à l'entière disposition de l'Exécutif provisoire dès le 21 avril.

Là où l'insupportable le dispute au scandaleux c'est dans la composition théorique de ces unités : « 3 officiers dont un musulman, 22 sous-officier dont 6 européens, 117 hommes de troupes dont 17 européens ». Un effectif total de 202 hommes par unité, dont 25 Français de souche métropolitaine, la plupart d'entre eux en train d'accomplir leurs obligations militaires en dehors de la durée légale et pas du tout volontaires pour ce détachement au service de l'ennemi contre lequel ils avaient impérativement été« appelés » quelques mois plus tôt.>>

 

Pour ceux qui ne savaient pas, et qui se rassemble un 5 décembre (- seulement depuis  2003 ?), lisez le Journal Officiel de la République Française du 20 mars 1962

  - le  Décret N° 62-306 du 19 mars 1962 portant organisation provisoire des pouvoirs publics en Algérie

- et l' ARRETE INTERMINISTERIEL DU 30 mars 1962 -  pour    -      L'Application du Titre IV du DECRET 62-306 du 19 Mars 1962 portant organisation provisoire des pouvoirs publics en ALGERIE -

*************************************************************************

La force locale après les accords d'Évian (mars-juillet 1962 ...

https://www.cairn.info/revue-guerres-mondiales-et-conflits-contemporains-...

de S Laribi - ‎2015

***************************************************

Nous recherchons.................... 

 - Surtout la liste et le nombre, de tous les militaires Français  européens,  membres encadrant les 114 unités des forces locales algériennes   du 19 mars au 1er juillet 1962 qui doivent être dans des archives?.

 « Car  ils fallaient bien que l’Algérie et la France se mettent d’accord  sur leurs nombres et leurs  choix»

Pour connaitre combien  de ceux-ci,  ont été abandonnés par l'armée française??

« La liste des membres qui ont participés, dans la 434 U.F.L a bien figurée dans le bureau du « Major » Joly. On peut apercevoir celle-ci sur une photo de notre camarade Raymond (78) né dans le 86, qui était de service dans le bureau de l'unité »

*******************************************************************************

Copie pour yv

Ouverture du journal d’information de 8h de Radio France Bleu Poitou du 5 juillet 2012

 « Il y 50 ans, un poitevin vivait l’indépendance de Algérie, son nom, Yvon Priou, Il témoigne dans ce journal »

« Il y a cinquante ans l’Algérie célébré son indépendance, un événement vécu par un poitevin Yvon Priou 71 ans. A l’époque cet habitant de Vouneuil sous Biard est soldat dans l’armée Française, au cessez le feu, il va participer à la pacification du pays, une pacification marquée toutefois par la mort de plusieurs de ces camarades

Aujourd’hui, il demande la reconnaissance de tous ces soldats tombés à cette période

--------------------------------------------------------------------------------------------------

 En effet depuis 1992, je demande une reconnaissance  de  cette mission aux autorités de notre Nation....... Mais on m'a fait comprendre par téléphone en 2005, que si je réintrégré cette demande sur mon courrier, je n'aurais pas de réponse du Ministère concerné,  pour le courrier que j'avais envoyé.

************************************************************************

Force locale 2

Extrait du journal Offiel a connaître sur la force locale Algérienne.  

 Assemblée NATIONALE - Séance du 30 Novembre 1961   page 5158

M Emile-Pierre Halbout   - Le problème est important et j'estime en cette matière, qu'il ne faut pas toujours innover

 M.le Ministre d'Etat vient d'indiquer que cette force allait être rétribué par un ministère civil. Mais les Harkis, qui sont des militaires, sont dèjà rétribués, depuis toujours sur des crédits d'un ministère civil

 ************************************************************************************************************************

L'Assemblée Nationale Française du 30 Novembre 1961. Journal Officiel de la République Française du 1er décembre 1961

Extraits : -      La deuxième catégorie de crédits auxquels je veux faire allusion concerne la création de la force locale algérienne, que nous voyons apparaître pour la première fois dans un document budgétaire. Cette force locale est qualifiée telle à deux points de vue. D'abord, quant à son recrutement, elle comportera exclusivement, selon ce qu'on nous dit aujourd'hui, des G . M. S. —groupes mobiles . de sécurité — déjà constitués, des maghzens de S . A. S. et, surtout — c'est le gros noyau — des harkis.

     -     Elle est également locale quant à son financement. Pour la première fois, nous voyons une force militaire importante financée exclusivement par le budget des services civils algériens. C'est l'une de ses originalités, et il est bon de le marquer dans un débat budgétaire. L'effectif initial est fixé, sur la base des évaluations qui nous sont soumises aujourd'hui, à trente mille ou trente-cinq mille hommes . Mais il est bien clair que cet effectif doit normalement être augmenté, atteindre un chiffre beaucoup plus élevé, et je crois qu'il est particulièrement indiqué de demander ici à M. le ministre d'Etat chargé des affaires algériennes à quel effectif il entend voir portée cette force locale, lorsque celle-ci sera complètement constituée. Les crédits qui nous sont demandés, au demeurant, ne concernent  pas les soldes, pour la simple raison que le personnel affecté à la force locale est déjà sur pied, en service, et qu'on ne recrute pas de personnel r niveau pour constituer la dite force.   -  Ces crédits sont relativement modestes  Ils s'élèvent à 12.958.000 nouveaux francs et ne concernent que l'achat ou la mise en place du matériel de transport et de transmission, tout simplement parce que les unités de harki n'en sont pas dotées et que, pour remplir les missions nouvelles qui leur seront confiées  dans le cadre de la force locale, ces unités auront absolument besoin de ces moyens de transport et de ces moyens de transmission. Il va de soi qu'aucune observation particulière n ' a été soulevée sur le plan de la technique militaire et de la technique financière concernant cette force locale . Mais il n'est pas douteux, ainsi que je l'ai dit en commission des finances en qualité de rapporteur, que d'aucuns y verront - et je ne crois pas qu'ils se tromperont lourdement — l'amorce de la création d'une armée algérienne.

 Assemblée nationale - Louis Joxe - Tables nominatives des

rapport de la Commission mixte paritaire sur le budget de l'Algérie [8 décembre 1961] (p. 5325) ;      

             - du projet de loi modifiant les crédits des services civils en Algérie pour 1961 :
        Ses observations sur :  le maintien des trois options prévues dans le référendum du 8 janvier 1961 l'accord de coopération éventuellement intervenu entre le G.P.R.A. et le Gouvernement soviétique [30 novembre 1961) (p. 5149) l'accord conclu entre le G.P.R.A. et le Gouvernement tchécoslovaque ; l'absence d'une confirmation de l'accord avec l'U.R.S.S. ; les négociations avec le F.L.N. ; la coopération franco-algérienne ; la création d'une force locale pour décharger l'armée du soin de maintenir l'ordre, la composition de cette force locale, l'exclusion des harkis (p. 5153) ; l'utilisation des crédits destinés à combattre les effets de la sécheresse, le regroupement des populations dans les régions antérieurement abandonnées (p. 5154) ;
        Art. 1er (Première partie, ressources supplémentaires) : La possibilité, pour le Ministre des Affaires algériennes, de contrôler la réalité d'un accord entre le G.P.R.A. et le Gouvernement soviétique autrement qu'en interrogeant le F.L.N. (p. 5155) ; Art. 2 (Deuxième partie, dispositions applicables à l'année 1961, ouvertures et annulations de crédits) : Amendement de M. Portolano tendant à supprimer les crédits destinés à la création d'une force locale en Algérie (p. 5156) ; Art. 7 (Troisième partie, dispositions spéciales) : Amendement de M. Halbout tendant à préciser que la gendarmerie locale est partie intégrante des forces armées françaises, sa proposition de modification de l'amendement (la gendarmerie locale fait partie intégrante des forces de l'ordre françaises) (p. 5157) ; amendement de M. Bergasse (La force locale fait partie intégrante des forces armées françaises) (p. 5158).

Force 1

              Les fonctions de Louis Joxe, Ministre d'État chargé des Affaires algériennes cessent le 14 avril 1962 (J.O. du 16 avril 1962) (p. 3941) (démission du Gouvernement Debré).      

***********************************************************************************************************************************************

Jean-François MATTEI, Philosophe, Membre de l'Institut Universitaire de France,     Chroniqueur au « FIGARO »   Sujet : L'AVENIR DE NOTRE PASSE

        Tous les français d'Algérie gardent une blessure au cœur et à l'esprit devant l'injustice dont ils ont été victimes et l'oubli qui recouvre leur déracinement. Si la politique et l'histoire ont occulté leur souffrance, il leur revient de reconstituer une mémoire qu'ils transmettront non seulement à leurs descendants mais à la France. Il n'y a pas de désespoir en politique ni d'oubli en histoire.

Tôt ou tard la vérité se fait jour et c'est à ceux qui l'ont vécue de la transmettre à ceux qui ne sont pas encore nés

***************************************************

Copie extraite d'un message  Web     ""Une note  824 CSFA/EMI/ORG  prévoyait expressément  la désignation d’office des cadres européens militaires Français pour encadrer les musulmans dans les Forces locales. "".

 *************************************************************************************************************************************************************

  •  SHAT de Vincennes  
  •     -  Cote I H 1334 :
  •   Note du 22 février 1962 du Général AILLERET au Ministre des Armées
  •   Il propose une solution pour la participation de l'Armée de Terre à la Force Locale

   Il propose 17 appelés FSE par compagnie.

  •     -  Cote 3040 D2  -  Une  note de service avec le tampon Secret du  3 mars 1962
  •   à l'adresse du corps d'armée d'Oran de EM 1er Bureau Alger sur la composition de la Force Locale
  • Concernant les unités à base d'appelés musulmans avec un pourcentage d'Européens:
  • Composition de l'Unité type:
  • Effectifs : 202
  • Officiers : 3 dont 1 FNSA
  • S/officiers : 22 dont 6 FSE ( 4 sous contrat et 2 appelés)
  • Troupe : 177 soit 160 FNSA appelés et 17 FSE
  • Soit 1 section de commandement à 22 et 4 sections à 45
  • Mise sur pieds confiée au commandement de zone.

*******************************************************************************

Force locale 30 unitees oran 1

  • ARRETE INTERMINISTERIEL DU 30 mars 1962 pour    -      L'Application du Titre IV du DECRET 62-306 du 19 Mars 1962 portant organisation provisoire des pouvoirs publics en ALGERIE -
  •          ARTICLE 1er -     La Force de l'Ordre créée par l'article 19 du Décret 62-306 du 19 Mars 1962 est chargée d'assurer la surveillance générale, la protection des personnes et des biens et le maintien de l'ordre à l'exclusion de toutes dissions en matière de police judiciaire et de police militaire.
  •          ARTICLE 2 -    L'effectif initial de 40.000 hommes de la Force de l'Ordre se répartit en :
  • -  une direction des commandements régionaux et départementaux,
  • -  114 groupes mobiles de sécurité   (G.M.S.)
  • -  110 pelotons de garde territoriale constitués par des gendarmes et des auxiliaires de gendarmerie,
  • -  114 compagnies constituées par des appelés.
  •     A ces unités s'ajoutent des compagnies sahariennes d'un effectif total de 3.500 hommes.
  •          ARTICLE 3 -   Les pelotons de garde territoriale, les compagnies de force de l'ordre ainsi que les personnels militaires désignés pour servir dans la direction et les commandements, sont mis pour emploi à la disposition de l'Exécutif provisoire.
  •         ARTICLE 4 -  L’emploi des unités de la Force de l’Ordre relève normalement des autorités préfectorales. L'Exécutif provisoire peut toutefois donner à une partie d'entre elles, normalement aux groupes mobiles de sécurité et excep­tionnellement seulement aux autres formations, des missions particulières hors de la région où elles sont stationnées.
  •      Les pelotons de garde territoriale et les compagnies agissent en principe dans les limites de l'arrondissement où ils sont implantés.
  •        ARTICLE 5 - Les personnels entrant dans la composition de la Force de l'Ordre conservent leur statut propre.
  •        ARTICLE 6 - La Force de l'Ordre pourra être complétée à 60,000 hommes par rappel de réserves instruites sur demande de l'Exécutif provisoire.
  • Les modalités du rappel de ce personnel et la constitution éventuelle des unités nouvelles seront fixées ultérieurement.
  •  Le MINISTRE DES ARMEES                  LE MINISTRE D'ETAT CHARGE DES
  • Signe : P. MESMER -                       AFFAIRES ALGERIENNES - Signe : L. JQXE

*******************************************************************************************

Extrait copié sur le Web sur le RICM. " Il s'agissait cette année de rendre un hommage particulier à Pierre Lhermet, dernier appelé du RICM tombé en Algérie le 19 février 1962" . Le  dernier appelé DCD   « Mort pour la France »  du RICM  du Conflit : Guerre d'Algérie  fut donc ;  Source mémorial-généweb : Nom : LHERMET Prénoms : Pierre Jean-Louis né le 26 /02/1940 a Combettes  Lozère 48  Décédé le 19 /02/1962 a Birrou Algérie

Cet extrait n'est pas en "conformité" avec les extraits de Mails reçus, ci dessous 

 Extrait de courrier,  concernant le RICM. Objet: Rép : AFN

 Bonjour mon général,
    "En mars 1962 le 4è escadron a été transféré de Ben Kérama (barrage marocain) à Nédroma où il a pris le cantonnement du 8è. On y a regroupé nos appelés FSNA et après un apport extérieur, surtout en cadres, il a donné naissance à la 513è UFO. Cette unité a connu un destin tragique puisque les fells l'ont capturée avant même le référendum sans que le régiment intervienne. Quelques cadres ont réussi à s'évader (j'en ai récupéré deux  à Nemours que j'ai ramenés à Hammam Bou Hadjar) dont le CDU, un LTT.
La 513è a été dissoute officiellement fin juillet 62. 
NB : Ayant beaucoup souffert de cette affaire car 4 jeunes de mon peloton dont un excellent caporal étaient du lot, je ne souhaite pas témoigner".  

"étant encore traumatisé par cette affaire"

Destin tragique ! 4 jeunes de mon peloton dont un excellent caporal étaient du lot !, je ne souhaite pas témoigner

 Pourquoi ?     Avoir beaucoup souffert de cette affaire ! et ne pas vouloir témoigner

Que sont-ils devenus ?

********************************************************************************************

Nous militaires de 2ème Classe FSE, qui n'avions aucun pouvoir, même pas la possibilité de se défendre, avec notre armement désuet. Je pose la question a cette personne, ancien militaire du RICM qui ne veut pas témoigner. Que pense-t-elle des militaires de la troupe FSE, mutés d'office par leurs supérieurs,  dans les forces locales.

 Nous,......nous aussi n'avons tous été traumatisés par ces 100jours ? Car pourquoi sommes-nous toujours a penser, tous les jours a cette terrible humiliation que nous avons vécue ? Et a ce qui aurait put nous arriver, a nous aussi ?

**************************

Ecoutez la vidéo " Inter actualites de 07H15 du 3 juillet 1962"

***************************************

Au 13ème R.A  ce n'a pas été la même chose, et une décision a été prise et signifiée le 14 juillet 1962 

reconnaissance-recue-par-nos-camarades-de-la-446-ufl-2-1.jpg

***************************************************************************************************************************************************************

Copie  Historia  Magazine N° 365 -  Article " Le FLN quadrille la ville"  page - 3140 Albert Paul Lentin a écrit  " Les commandos de Bouchafa se révélent d'ailleurs pour ce genre d'ativité plus efficaces que les unités composites et mal commandées (?)  de la "force Locale"  Algérienne constituée à Rocher Noir pour remplacer progressivement l'armée Française" 

 Militaire de 2ème Classe en Algérie, l'occasion m'est offerte de témoigner  en droit de réponse, sur cette ligne écrite dans ce magazine dans les années 1970qui n'était pas à l'avantage de mes anciens camarades gradès de tous les échelons, caporaux, sous-officiers, officiers, officiers suppérieurs. -  Je peut témoigner que tous,  2èmes classe comme moi, du  Caporal, au Caporal Chef, Sergent, Sergent Chef,Sergent Major, Aspirant,Sous-lieutenant, Lieutenant, Capitaine mutés d'office dans ces unités,Algériennes, en tant que Militaires FSE pour encadrés ces unités, Tous ont fait le maximun qu'ils pouvaient faire, dans cette période transitoire, troublée par des hommes de l'OAS inconscients

 *********************************************************************************************************************************************

 "Extrait du message reçu de l'historien Guy Pervillé le  23 mars2013". " j'ai eu tort de ne pas parler des soldats du contingent français qui ont été affectés dans les unités( Unités de la Force locale Algérienne) et qui ont eu le sentiment  d'y être des sortes d'otages. A ma décharge, je dois dire que ce sujet à fait l'objet d'une véritable conspiration du silence." - Pourquoi ? ....

***********************************************************************************

Voir les informations dans  -  Inter actualités de 19 h 15  du 18 avril 1962

************************************************************************************************** 

 Le 19  juin 1995 ......Monsieur Philippe Mestre, Ministre des anciens combattants et victimes de guerre a bien reçu la lettre par laquelle vous vous plaignez, notamment du fait que les services que vous avez effectués en Algérie après le 19 mars 1962 ne soient pas mentionnés sur votre livret militaire     

  « En effet, ne figurent sur ses documents  que les dates d’entrée et de fin de service, avec mention succincte des unités dans lesquelles vous avez servis"

  Toutefois à toutes fin utiles,  je vous confirme  que vous avez bien été affecté à la 434ème  unité de force de l’ordre »   

******************************************************* 

 Par l' Union Nationale des Combattants   le    9 février 2006,  je recevais cette réponse !

« En l’absence d’éléments plus précis je pense qu’il faut vous référer  au relevé de vos états de service »  

  Aucune trace sur le livret, Il fallait être mort dans les forces locales algériennes, pour pouvoir voir  figurer sur notre livret militaire - ce temps passé dans les Forces locales?

 ***************************************************

Il est vrai que dans  le Journal de la FNACA, l’Ancien d’Algérie  N° 264  du 1/01/1996 rendait compte d'une  Réunion Limousin -Cantal  ayant eu lieu le  8 Octobre1995 a Dournazac.

 Le compte rendu mentionné  qu'au cours de cette réunion, dans un exposé Libre élaboré par J P G  (Haute Vienne) dont le sujet portait sur les harkis-

 ""- il est écrit, (au 3ème paragraphe)  au sujet  "de la  force militaire. Les Accords d’Evian prévoient - L’armée française restera dans son cantonnement à l’écart des problèmes de l’Algérie

-  Une force locale de 40 000 hommes armés par la France et composés de soldats d’origine algérienne assurera l’ordre public.""  (faux)

 Voir aussi, un commentaire d'un ancien militaire d'Algérie du 21, dans ce même journal l'Ancien d'Algérie, a la date de 1982 n'a jamais été repris

 N° 205 JUILLET-AOUT 1982 dans le " courrier des lecteurs"

Et savez-vous ce qui s’est passé entre le  19 mars et le 1er juillet 1962 ?

Non, sûrement pas ! Les troupes françaises étaient consignées dans leurs casernes !

La Force locale, mise sur pied par le gouvernement et composée d’Arabes hostiles « faisait régner l’ordre ». Européens et Musulmans étaient arrêtés dans la rue. Ce fut mon cas ! Pendant qu’un soldat nous fouillait, un autre nous tenait en respect en appuyant le canon de sa mitraillette sur notre ventre !

Qui a relaté ces faits dans la presse, à la radio, à la télévision ?

Qui en fait état dans les livres d’histoire destinés aux jeunes qui doivent connaitre la vérité ?

Peut-on, croyez-vous oublier une telle humiliation ?

Pour plus de renseignements - lire le livre de Gérard Israel de 1972, Edition Robert Laffont  """1er juillet 1972 Le dernier jour de l'Algérie Française""" 

******************************************************************************************************* 

  " Pourquoi en parler, cela n'interresse personne"               Il est évident que comme personne voulait en parler, personne n'était interessé, mais gràce a mes sites + de 22000 visiteurs ont su, et, d'autres vont encore savoir aussi ? (32000 au 14/04/2014) + de 80 000 Juillet 2015    

172.591 visiteurs et 422.304 pages lues le 19 /12/  2018

"Nos Cent jours en Force locale ! 

  « Quand la vérité est remplacée par le silence, le silence est un mensonge »(ce n'est pas de moi !)

La suite de cette page est censurée  ( impossible de lire la fin qui a disparue)

voici l'état des sources sur la force locale communiqué par le Service Historique de la Défense dont je remercie

(Copie ??? sur une autre page) ou vous pourrez trouvé des renseignements transcrits concernant votre N° d'unité de Force Locale (UFL-UFO)

Commentaires (2)

1. Force locale 03/05/2019

Yvan Priou / j'ai lu hier , une partie de votre blog avec vos témoignages. . . .je ne connaissais pas ces forces locales . . ..
C'est effarant cet aveuglément des politiques de cet année 62 . . et cet abandon ou presque des quelques appelés mutés de force , dans ces unités de force locale . . .
Et surtout le black-out total des médias français en 1962 et les années après l'indépendance .

2. MONTAURIER Robert 09/02/2014

j' avais 20 ans, 1ére classe du contingent, détaché de la 11éme cie du 3/ 117éme R.I. de Taoudjert- sidi ahmed, à la 462 éme U F O, de mars à juillet 1962.

La compagnie était basée à la casbah d' Alger et était commandée par le même capitaine de la 11éme cie du 117éme R I.

Nous étions 15 FSE avec environs 150 algériens issus de l' armée Française et du FLN.

Ce fut la plus mauvaise période de mes 17 mois passés en A F N

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 22/07/2019

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site