La 493ème UFO avec le 5ème BCP

La 493ème UFO avec le 5ème BCP

Par le lien -- http://www.ina.fr/audio/PHD94017840   voir, la preuve de la mise sous l'autorité de  l'Exécutif provisoire Algérien, la force locale de l'ordre Algérienne

  • (dont 10% de militaires FSE qui y avaient été mutès d'office, par l'armée Française ) 
  • Ecouter  l'Audio de la 8 minutes a la 11 minutes, ce que  vous pouvez voir  avec le lien surwww.ina.fr/video/CAF90002960
  • Christian Fouchet Haut commissaire de France en Algérie a bien dit le 21 Avril 1962

  •  

<< La France conformément aux Accords d'Evian, mets sous l'autorité de l'Exécutif Provisoire  cette force locale, dont l'Exécutif Provisoire disposera comme elle l'entend >>

.**************************************************

Pour bon nombre de capitaine mis en charge de ce type d'unités parfois à leur corps défendant, l'ordre était " Pas de vagues"!

En effet ces UFL ont été composées de cadres et d'hommes qui, pour la plupart, du moins dans mon secteur, venaient des Corps de France ou d'Allemagne et donc, contrairement à ceux ayant fait la guerre comme les RTA ou les Harkis, arrivaient avec la ferme intention de pactiser avec les fells, ne serait-ce que pour tenter de faire oublier leur " planque" pendant toutes ces années au lieu de rejoindre la rébellion!  En outre, comme tous les accords d'Evian systématiquement violés immédiatement par le FLN (FAUX) cette idée de Force d'interposition entre l'ALN et nous était complètement utopique car jamais l'ALN n'aurait accepté une autre force que la leur car, il fallait à cette armée, tenter de prouver qu'ils étaient seuls parce que Vainqueurs  alors que nombre de musulmans, entre autres des responsables, savaient que de Gaulle leur avait fait cadeau d'un Pays alors qu'ils avaient perdu militairement. C'est pourquoi, ces UFL ont eu une vie éphémère et donc sans traces écrites...???? d'autant plus qu'aucun patron d'UFL n'a jugé utile de constituer des archives que PERSONNE ne lui demandait d'ailleurs... et pour raconter quoi ??? Les manifs pro fells pour se dédouaner voir des rebellions ou des désertions......!  Ce silence n'etait pas une première! Certains commandos Muongs ou Thaïs en Indo ont connu ce même oubli alors que eux.. avaient combattu souvent héroïquement!!

Voilà.... cecci dirt, cela fait partie d'une vie de soldat, la vôtre comme la mienne et on fait avec !!!

 Sauf que certains etaient militaires de métier et nous  nous étions militaires du contingent

****************************************************************************************************************************************

Copie) Livre  TEMOIGNAGES        F.N.A.C.A           Pierre DAVID ……  Loire-Atlantique        PAGE  681

…Le 20  Mars , nous apprenions que des classes étaient rapatriées, et, en même temps que nous allions former la nouvelle armée algérienne en devenant la 493ème  Unité de la Force Locale.

  Pour ma part j’ai été libéré le 9 juillet 1962 après 24  mois et 5 jours de service militaire

        PAGE  682  683 684  --C’est pourquoi nous prendrons contact avec des gens de l’A.L.N pour nous indiquer mutuellement les emplacements des champs de mines.  Page    685  686  …la dernière rencontre a eu lieu quelques jours après début Avril 1962 au cours d’une patrouille de blindés cette fois

***********************************************************************************************************************

Gabriel Esnault (né en 1932) est issue d’une famille de militaire.

Il rentre à l’école des sousofficiers d’active de Strasbourg en août 1952, puis il est incorporé à la 11e compagnie du 151e RI. Il part en Algérie en juin 1955, affecté à la 2e division d’infanterie (DI) basée à Ouadhias puis à Agouni-Guegranne. Ils effectuent des opérations de ratissage dans ce secteur, notamment dans les grottes. En octobre 1955, sa compagnie s’installe à Borj-Sabath, afin de sécuriser le secteur autour de la station de Taya. En février 1958, il quitte sa compagnie et il devient instructeur au Centre d’instruction harki de Hammam Mescoutine. Il évoque l’historique des harka et leurs instructions. En avril 1960, il rentre en métropole, affecté au Centre d’instruction du 21e BCP. Il repart en Algérie en tant qu’adjudant au 5e BCP basé à Dominique Luciani [auj. Takhemaret] en février 1962.

En avril de la même année, il prend le commandement de la (293e ??) unité de force local (UFL) à Frenda.(493 UFL)

Il évoque alors ses relations avec les populations locales, le traitement des prisonniers, les bordels militaires de campagne ; les relations au sein de son unité. Puis en septembre 1962, il est affecté au 10e BCP à Oran avant de quitter l’Algérie le 14 septembre 1962. Il présente un bilan contrasté de cette guerre et apporte son avis sur les récentes évolutions de la relation franco-algérienne.

Liste n 1

force-locale-de-l-ordre-algerienne-006.jpg

reconnaissance-recue-par-nos-camarades-de-la-446-ufl-2-1.jpg

5eme-bataillon-de-chasseurs-a-pied.png 

Merci pour la visite de mon site    Yvon Priou

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 21/12/2018

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site