Force Locale avec le 6ème RTA

La 511-512? avec le 6ème RTA

Merci de me dire par un petit mot en fin de page, ce que vous avez  appris sur votre régiment et de cette force locale de l'ordre Algérienne constituée vers le début avril 1962, que vous ne saviez pas.

Par le lien -- http://www.ina.fr/audio/PHD94017840   voir, la preuve de la mise sous l'autorité de  l'Exécutif provisoire Algérien, la force locale de l'ordre Algérienne

  • (dont 10% de militaires FSE qui y avaient été mutès d'office, par l'armée Française ) 
  • Ecouter  l'Audio de la 8 minutes a la 11 minutes, ce que  vous pouvez voir  avec le lien surwww.ina.fr/video/CAF90002960
  • Christian Fouchet Haut commissaire de France en Algérie a bien dit le 21 Avril 1962

  •  

<< La France conformément aux Accords d'Evian, mets sous l'autorité de l'Exécutif Provisoire  cette force locale, dont l'Exécutif Provisoire disposera comme elle l'entend >>

Témoignage de Christian Fouchet  Haut-Commissaire en Algérie- mars-juillet 1962      

         Pendant ces cent cinq jours           Algérie 1962

     « Le parachutiste français, le plus typé, au visage net et viril, à l’allure martiale dans sa tenue bigarrée, et souvent combattant en Algérie depuis des mois ou même des années, était maintenant affecté au peloton chargé de la sécurité du général commandant supérieur.

          Il côtoyait le combattant de l’Armée de Libération Nationale algérienne (A.L.N.), venu des maquis du bled, et devenu garde du corps des « chefs historiques » du F.L.N.    (Ou des chefs F.L.N. non « historiques » mais non moins importants, car souvent plus au fait que leurs aînés des problèmes de l’administration moderne que le gouvernement algérien indépendant de demain allait avoir à affronter et à résoudre).

          Le brillant sujet frais émoulu de l’E.N.A. est maintenant affecté, tout jeune, avec souvent de grosses responsabilités et beaucoup d’initiatives, à des directions où il n’avait jamais envisagé de servir, côtoyait le jeune Algérien, du même âge, dont l’apprentissage s’était fait dans la guerre clandestine ou dans l’action révolutionnaire des maquis et qui se préparait à devenir, presque du jour au lendemain, directeur de Cabinet des ministres.

       Tout cela avait commencé par se regarder avec curiosité, sinon avec méfiance, puis avait, très vite, fait bon ménage >>

Autre témoignage  "Le sous-lieutenant Seillières de Laborde est affecté au 2ème Spahis d'Oran.(Le 2ème régiment de Spahis  pendant la guerre d'Algérie

Après le cessez le feu Christian Fouchet, proche de Charles Morazé, est nommé haut commissaire en Algérie, il fait de Seillières son chef de cabinet, cette nouvelle affectation va durer  jusqu'a la l'indépendance.

Seillières travaille également avec Geoges Buis alors Colonel et directeur du cabinet militaire de Fouchet

 "j'ai vu deux souverainetés se substituer" se souvient le baron soldat  -  Ancien Président National du MEDEF.

Discours du Président FARES

Dépêche A.F.P. du  23 mai 1962 du ROCHER  NOIR  publiée par    La Charente Libre

            - L'Algérie indépendante coopérant avec la France, grâce à la volonté et a la détermination de tous les algériens  dignes de ce nom, naîtra dans 38 jours et vivra. a déclaré M. Farés   en conclusion de  l'allocution qu'il a prononcé ce matin à Koléa  à l'issue d'une prise d'armes d'une unité de la force locale      

            - Dans l'allocution, qu'il adressa aux officiers, sous-officiers, et soldats, le Président de l’Exécutif Provisoire à  déclaré......des accords signés à Evian au nom du peuple Français par le gouvernement Français, et, au nom du peuple algérien, par le gouvernement provisoire de la République Algérienne, constituent les bases nouvelles, des rapports entre les deux pays.

          Nous avons tous, a dit  M  Farés  l’impérieuse mission, de réaliser l’étape de transition, qui nous conduira à partir du 1 juillet, à la constitution d'une Algérie libre, souveraine et indépendante, coopérant avec la France. Le rôle qui nous est assigné, avec toute l'autorité conférée, par le gouvernement  Français, et le GPRA   a  - l’Exécutif Provisoire Algérien est d'une importance historique-

Merci aussi, de me dire  si vous savez autre chose,  sur cette période transitoire de Mars 1962 à l'indépendance de l'Algérie 

Decision 19

 

 

  1. AUTRE TEMOIGNAGE DE DISPARITION D’UNE UNITE ENTIERE DE LA FORCE LOCALE LA 511 UFO COMPAGNIE ISSUE DU 6Em RTA DE TLEMCEN BASEE A ORAN DEPUIS FIN MARS 62 ((QUARTIER DE LA MARINE )
    2 Officiers rescapés de justésse ;évacués en catimini vers la métropole par le général Katz aprés les massacres du 5 Juillet à Oran
    “Dans la nuit du 4 juillet 1962, vers 3h du matin, notre compagnie a été investie par un détachement de l’ALN arrivant du Maroc. Nous avons été désarmés manu militari et, sans explications aucune mais avec des regards menaçants, emmenés les mains en l’air dans une banlieue lointaine du quartier arabe. Nous nous sommes arrêtés vers 5h du matin dans un endroit désert. Le capitaine et moi même avons été séparés de nos hommes et tout laissait présager que nous allions être éxécutés car les conciliabules entre les chefs de l’ALN de notre groupe semblaient ne faire aucun doute sur leur issue.
    Nous avons été sauvés par l’intervention in extremis des chefs locaux du FLN que nous connaissions bien pour avoir été en contact quotidien avec eux.aprés le cessez le feux
    Le jour même le général Katz nous a fait tous deux embarquer définitivement pour la métropole .Que sont devenus les 200 tirailleurs algériens ? J’aimerais bien le savoir. Si quelqu’un peut me renseigner sur ce point, j’en serais ravi car j’avais de très bons amis parmi tous ces hommes placés sous mon commandement.” 

Force locale 0ran juillet 62

J'avais 21 ans, sous- lieutenant du contingent détaché depuis le 6è RTA de Tlemcen à la Force Locale à ORAN de mars à juillet 1962.

Ma compagnie commandée par le capitaine NEVEU, dont j'étais le seul officier adjoint, était basée dans une école désaffectée, dont j'ai oublié le nom, située près du ravin dit de "Ras El Ain", au sud de la ville

Nous avons passé trois mois avec nos 200 hommes, tous algériens recrutés d'office dans les régiments de tirailleurs, à faire le tampon et la police entre les deux communautés arabe et européenne ( la seconde, animés par de très jeunes gens de l'OAS surexités pratiquant une politique aveugle de terreur et d'assassinats, tirant au bazooka la nuit sur les bidonvilles arabes et les chefs de la première s'efforçant, avec succès, de contenir l'envie légitime de vengeance de leur population afin de ne pas compromettre l'indépendance).

Dans la nuit du 4 juillet 1962, vers 3h du matin, notre compagnie a été investie par un détachement de l'ALN arrivant du Maroc. Nous avons été désarmés manu militari et, sans explications aucune mais avec des regards menaçants, emmenés les mains en l'air dans une banlieue lointaine du quartier arabe. Nous nous sommes arrêtés vers 5h du matin dans un endroit désert. Le capitaine et moi même avons été séparés de nos hommes et tout laissait présager que nous allions être éxécutés car les conciliabules entre les chefs de l'ALN de notre groupe semblaient ne faire aucun doute sur leur issue.

Nous avons été sauvés par l'intervention in extremis des chefs locaux du FLN que nous connaissions bien pour avoir été en contact quotidien avec eux. Ils ont pu témoigner de notre travail de trois mois pour contenir les débordements de l'OAS ainsi que de notre parti pris pour l'indépendance  de l'Algérie.

 Le jour même le général Katz nous a fait tous deux embarquer définitivement pour la métropole .Que sont devenus les 200 tirailleurs algériens ? J'aimerais bien le savoir. Si quelqu'un peut me renseigner sur ce point, j'en serais ravi car j'avais de très bons amis parmi tous ces hommes placés sous mon commandement.

Posté par margolis gerard, lundi 12 mars 2012 à 00:26>

 

Liste n 1

force-locale.jpg

 

C'est vrai. A ma connaissance il n'y a eu aucune enquête sur les évènements que j'ai relatés. Je suis rentré en France et n'ai plus jamais entendu parler de cet "incident" où j'ai non seulement risqué ma vie mais où, peut être, 200 hommes ont disparu. Rien ne figure à ce propos dans mes états de service.

 Duplicité des autorités ou simple oubli dû à la confusion générale et au statut ambigu de la Force Locale? J'aimerais bien pouvoir répondre avec quelque certitude à cette question.

 Croyez vous qu'il y ait un moyen d'obtenir du gouvernement algérien actuel l'accès, s'il en reste, aux archives de la FL de l'époque et si oui que suggérez vous de faire?

 Par ailleurs avez vous une idée de l'identité du responsable du groupe de ce détachement d'avant garde de l'ALN Maroc qui nous a "kidnappé" dans la nuit du 3 juillet, s'agirait il de ce BAKTI dont je vois le nom sur ce blog et qui serait impliqué dans le massacre du 5 juillet?

Lui même ou un membre de son groupe est (ou sont) probablement encore vivant, avez vous une idée sur le moyen de le (ou les) contacter?

 

 

Commentaires (12)

1. JF PAYA (site web) 20/08/2019

Affirmatif le commentaire de cette dame était stupide
et criminel ;AC/ Algérie classe 54/2 je suis resté en service à la base de Mers El Kèbir jusqu'à fin 64 donc aussi en relation avec la "Force locale"du 19/03/62
au 05/07/62 où elle a subit aussi une liquidation bien
plus importante par L'ALN (D'après accords d'Evian devait perdurer jusqu'à dissolution de "l'Exécutif provisoire"d'Alger ! félicitation pour votre site qui rend justice à cette force prévue de transition qui fut combattue des deux cotés et fort peu soutenue par
l'autorité Française officielle qui l'avait mise en place
avec accord du FLN à Evian Bien cordialement
JF Paya

yvon marie noel priou

yvon marie noel priou Le 20/08/2019

Merci de votre réponse Monsieur JY Paya Il est vrai que je l'avais peu-être "chatouillée" (ou il ne faut pas) Mais nous étions tous dans la MERDE. C'était a nous tous de faire le maximum que nous pouvions faire, pour eviter le pire.

2. JF PAYA (site web) 19/08/2019

Prochainement le 3 Septembre sur Fr3 à 11 heures
diffusion enfin du film des réalisateurs et historiens sur les massacres par le FLN des français d'Algérie le 5Juillet 1962 à Oran alors que la guerre était terminée et l'indépendance acquise***

yvon marie noel priou

yvon marie noel priou Le 20/08/2019

Pour vos études historiques Monsieur, il serait bon de commencer le jour du cessez le feu, et metttre tous les documents officiels et commentaires en votre possession " sur la table". - je faisais remarquer a une dame que sur Internet javais lu << Une auto mitrailleuse de la Force Locale est détruite par L'OAS cinq morts >>> << jeanjviala>> et cette dame m'a répondu << cela fera cinq salopards en moins>> Donc Monsieur le "salopard" que j'ai été pour elle, ne repondra pas a tous les commentaires. Pourtant s'ils n'y avaient pas eu les de la Force locale pendant la Période Transitoire, beaucoup d'autres "innocents" n'auraient pas put prendre le chemin de la Métropole. Cela aurait un véritable carnage surtout après le 23 Mars 1962 et les assassinats de nos camarades militaires du contingent . Cela resulte d'une mauvaise information !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

3. JF PAYA 19/08/2019

> REPONSE A UNE QUESTION SUR LA PRESENCE DE LA FORCE LOCALE A ORAN le 5 juillet 62
> Effectivement les consignes qu'avait reçues L'ALN intéreure comme extérieure dans toute l'Algérie etaient dés l'indépendance de neutraliser les éléments de la force locale si possible en les ralliant donc ce debat dans "Etudes Coloniale"sur la Force Locale qui avait servie de tampon entre les communautes jusqu à l Independance ; Sans revenir sur cette"guerre civile" attisée par les exaltés des deux camps restons sur ce role trouble de l ALN des frontiéres qui n avait pratiquement pas combattu contre l'Armee Francaise ! et uniquement destinée a prendre le pouvoir en Algerie;

En effet il y avait une unite ALN a Oran niveau compagnie entrée on ne sait comment avant l'ouverture de la frontiére du Maroc le 3 Juillet (donc aval des autorites Francaises) depuis le 19 Mars seuls les réfugies civils pouvaient passer: Cette unite trés discrete avant le mois de juillet a eu comme role essentiel de neutraliser la "force locale"supposée aux ordres de l éxecutif provisoire d Alger donc du GPRA ,cest bien ce qui sest passé dans toute ' Oranie apres le 5 Juillet (notam avec unites de GMS)et la il ne s agissait plus de Harkis désarmés et dissous depuis le 19 Mars ;Mais pour Oran la veille de ce jour fatidique du 5 Juillet il s agissait bien d une action visant de créer les conditions des émeutes provoquées du lendemain par des tirs sur notre defilé pacifique suivant les directives du GPRA d Alger et mis sur le compte par les meneurs de pieds noirs de lOAS! Alors ne revenons pas sur les fautes , donc neutralisation de la force locale 2 unités à Oran.plus la cie du capitaine R Khelif qu un certain méssage declare F Locale mais qui a ete efficace sans user de ses armes comme d autres actions individuelles Mais surtout neutralisation des forces importantes des FAFrancaises et faiblesse de notre propre organisation débordée par les agitateurs partisans des putchistes de lEtat Major ALN d Oujda qui fut béneficaire de cette mauvaise action : dés le lendemain les autorites Francaises militaires et consulaires d Oranie traitaient avec BBella et le "groupe de Tlemcen"Posté par Cheir Benzaoui, voir ci dessous seul site connu de la Force locale
où nous avons témoigné NB aprés le 5 juillet toutes ces unités composées d'Algériens disparuent !

à ORAN ville UFL 430 issue du 30em BCP création récente pour compenser les défections Lieutenant KHELIF rapatrié en France

UFL 502 """"" "" 21em RT Lieut BECHOUCHE

UFL 499 """" "" 2em RT ????
UFL 511/512 "" 6em RTA Capt NEVEU ttUnité isolée désarmée par ALN le 4 juillet au soir
voir historique sur ce site les autres unités trops à proximité d'unités FAF pour etre atteintes par l'ALN
du maroc qui prenait le pouvoir avec BBella;Boumédienne et Bouteflika jusqu'à ces derniers temps

yvon marie noel priou

yvon marie noel priou Le 19/08/2019

Des affirmations fausses <<<à ORAN ville UFL 430 issue du 30em BCP création récente pour compenser les défections Lieutenant KHELIF rapatrié en France>> A force de vouloir le protèger, vous raconter, n'importe quoi. ( création récente pour compenser)

4. Margolis 15/06/2019

Comme l'indique mon nom , je suis l'auteur du témoignage paru dans "études coloniales". J'étais un jeune sous lieutenant appelé, forme à Cherchell, affecté au 6e RTA puis à la Force locale. J'ai maintenant 79 ans, tout cela est bien loin mais mes questions restent toujours sans réponse....

5. JF PAYA (site web) 31/08/2018

ALN /ODJ du 5 juillet 62
Avec en conclusion une mise en garde aux responsables des Wilayas" de veiller à la sécurité des populations et particulièrement sur celles de la minorité européenne " Qui justifiera l'intervention de cette armée des frontières avec le prétexte "de maintenir l'ordre " alors que ce n'était pas prévu par les accords d'Evan ,seule la "force locale"devant maintenr l'ordre avec 'aide de l'armée française jusqu'à la nomination d'un gouvernement Agérien
aprésdes éléctions démocratiques
"Ce communiqué de trois pages, diffusé aux cadres le matin du 5 Juillet,à Oujda ne fait pas référence à cette journée comme historique Il explique pourquoi le GPRA qui a dissous L'EMG « a failli à sa mission en bafouant la légalité sur tous les plans aprés une référence appuyée aux accords d’Evian (qu'il a désavoué !) Il cite la date du 1er Juillet « où le peuple s’est prononcé » comme historique, proclamant que le GPRA « est incapable de maintenir l’ordre », et il se propose de le faire alors qu’on ne sait pas encore ce qui se passe à Oran !
avec "neutralisation" de la Force locale par unité ALN ext infiltrée la veille du 5 juillet à Oran (voir témoignages ci dessus
Au sujet de cette proclamation du 5 juillet de l'EMG certains Historiens naifs l'ayant interprété au 1er degrés "qui dirait tout le contraire de ce qu'on prétend lui faire dire"disent ils : n'ont pas saisi l'esprit "Takya" du texte qui prétend devoir maintenir l'ordre et protéger "la minorité" européenne sous entendu
mis en péril par l'incapacité du GPRA (donc nécessité pour le prouver de susciter du désordre ;voir une la méme tentative avortée à Alger! ***
***A priori pas de massacre prononcé ;mais prévisible par un désordre provoqué à Oran mais secondaire pour les "putchistes" d'Oujda;craignant de plus (à tort)toute permanence européenne comme ;au Maroc !(Ceuta; Melilla )
"Groupe de recherches sur le 5 juillet 62"

6. JF PAYA 08/12/2017

Cher camarade
Pourquoi censurer ? Les Fells de l'armée des frontiéresavaient bien pour mission de liquider les éléments de la Force locale (sans distinction tous suspects)Rien à voir avec l'OAS c'est un autre débat ! mais je comprend que tu te pose des questions
la manif pas interdite puisque organisée par le FLN pour l'indépendance mais lutte pour le pouvoir entre eux Gpra Alger et dissidents de l'ALN extérieure bloquée aux frontiéres
Ceci dit bravo pour ton travail sur le plan historique
je t'envoie une doc par mail cordialement JF P

yvon marie noel priou

yvon marie noel priou Le 14/01/2018

Tout faux !! Dans ce commentaire .........Les Fells <<< Ce n'était plus des fells depuis le 19 Mars >> de l'armée des frontières avaient bien pour mission de liquider les éléments de la Force locale ( lutte pour le pouvoir entre eux Gpra Alger et dissidents de l'ALN extérieure bloquée aux frontiéres <>>> Et que faisaient les pays étrangers pendant ce temps là ????

7. JF PAYA 04/12/2017

Selon certains historiens le massacre d'Oran du 5 juillet découlait d'une provocation des services de l'ALN d'Oujda qui préparait un"putch" contre le GPRA d'Alger; avec citation un compte rendu de livres paru dans la revue Outre-mers,de l’historien [[Guy Pervillé qui écrit : « Mais depuis quelques années, l’hypothèse d’une provocation menée par l’ALN du colonel Boumedienne pour discréditer le GPRA et aider à porter Ben Bella au pouvoir, soutenue depuis longtemps par l’un des principaux contributeurs de L’Agonie d’Oran, Jean-François Paya, a reçu le soutien des historiens Gilbert Meynier et Jean-Jacques Jordi" On peut ajouter du cinéaste JP Lledo :Le livre de Guillaume Zeller permet au lecteur une bonne initiation sur ce thème illustré dés 1975 par le journaliste d'investigation E Mallarde dans son livre "l"Algérie depuis"sans oublier le politologue Bruno Étienne, spécialiste de l'Algérie,qui désigne un groupe comme responsable des massacres et des enlèvements à Oran : il s'agit d'après lui d'une katiba (compagnie) de l'ALN de l'extérieur, celle de Cheir Belkacem. Arrivée du camp A} de Dar El Kebdani [Maroc] en avant-garde, elle aurait été déjà présente à Oran ce jour-là2. Pour Jean-François Paya, une confirmation de cette implication ne pourrait que {|renforcer la thèse du coup monté par Oujda « Origine des coups de feu et de la provocation initiale », sur popodoran.canalblog.com, 20 décembre 2009. Contrôlé le {{nobr|19 décembre} (par l'état-major général de l'ALN, basé à Oujda, au Maroc).Alors voilà on est loin "des opinions personnelles" et la recherche de la vérité historique ne peut qu'honorer la mémoire "des pauvres gens qui se sont fait massacrer
"(utilisateur sur wikipedia Ouedami)

[b][/b]

yvon marie noel priou

yvon marie noel priou Le 04/12/2017

1ère - La manifestation était interdite je crois <<< et les services de l'ALN ne rigolaient pas>>> 2ème Selon certains historiens le massacre d'Oran du 5 juillet découlait d'une provocation des services de l'ALN d'Oujda qui préparait un"putch" contre le GPRA d'Alger ?? 3ème « Origine des coups de feu et de la provocation initiale » ne tient pas. - Il suffisait pour le premier bidasse venu, (des deux côtés d'avoir une bonne arme) dans les mains et avec la peur, c'était le déclic au moindre mouvement suspect ???. 4ème Mais mais la recherche de la vérité historique ne peut qu'honorer la mémoire "des pauvres gens qui se sont fait massacrer

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 20/08/2019

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site