Le 29°R.T avec la 503°UFO

Rien sur cette 503 ° UFO

Merci de me dire par un petit mot en fin de page, ce que vous avez  appris sur votre régiment et de cette force locale de l'ordre Algérienne constituée vers le début avril 1962, que vous ne saviez pas.

Merci aussi, de me dire  si vous savez autre chose,  sur cette période transitoire de Mars 1962 à l'indépendance de l'Algérie 

***********************************************************************************

Jean-Claude Delfour, Cadurcien, actuellement retraité de la banque,se souvient de ses années passées,    appelé sous les drapeaux à moins de 20 ans. Il participera aux cérémonies de commémoration, aujourd'hui à Cahors.(c'était en 2012)

Comment avez vous appris votre affectation et votre départ pour l'Algérie ?

Employé de banque depuis 2 ans, et résidant chez mes parents rue Jean Vidal à Cahors, j'ai reçu à la maison ma convocation «sous les drapeaux», à l'âge de 19 ans et demi, pour aller faire mes classes directement en Algérie. Je suis parti pour Nouvion, région de Mostaganem en juin 1961 au 35ième régiment de tirailleur.

Quel était votre sentiment en recevant cette convocation ?

Voulant éviter les effusions, j'avais demandé à mes parents et à mon jeune frère de ne pas m'accompagner à la gare, et je suis parti à pied de la rue Jean Vidal, la fleur au fusil sans me retourner, mais la réalité quotidienne était tout autre.

étiez vous préparé à ce départ?

Faisant partie des juniors du stade cadurcien et pratiquant aussi l'athlétisme, ma très bonne conditions physique m'a permis d'affronter chaque jour au mieux, mais je pesais 65 kgs au retour contre 75 au départ. J'avais aussi effectué au lycée la préparation militaire supérieure.

Quel a été votre parcours en Algérie ?

35ième, puis 29ième régiment de tirailleurs algériens, j'ai parcouru l'Orannais dans tous les sens. Radiographiste, j'ai participé à diverses opérations à Trézels, Frenda, Tiaret, Aflou (la porte du désert) avec des missions sur Ghardaia, Geryville, Lagouhat. Après le cessez le feu, nous avons assuré la sécurité des convois des «pieds noirs» qui regagnaient la métropole.  Tristes souvenirs !  Puis j'ai terminé Caporal Chef à Alger où j'ai rejoué au rugby et où j'ai été finaliste inter armées. J'ai été démobilisé à Alger en mars 1963, après un séjour de 20 mois en Algérie.

Quels souvenirs retenez vous de votre séjour comme appelé du contingent dans un pays en guerre ?

J'ai ramené quelques breloques, celles du maintien de l'ordre, la médaille du combattant de moins de 20 ans, la saharienne,   et de bons souvenirs de camaraderie, mais aussi une grande tristesse partagée avec mes amis pieds noirs qui sont partis dans les conditions que l'on sait. J'ai eu depuis la médaille d'ancien combattant.    

Liste n 1

force-locale-de-l-ordre-algerienne-006.jpg

reconnaissance-recue-par-nos-camarades-de-la-446-ufl-2-1.jpg

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 14/08/2016

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site