La 480ème UFO du 18ème RA

La 480ème UFO du 18ème RA

Aujourd'hui 19/09/2015  je recois le message suivant d'un ancien

Bonsoir,

Je m'intéresse depuis peu à cette période de notre histoire et reconnais que certains comme vous se sont particulièrement investis pour nous la rappeler. Bravo à vous.

J'ai appartenu personnellement à la 480° UFL formée à RABELAIS à partir du 1/18° Régiment d'Artillerie stationné en partie à PAUL-ROBERT.

Il ne m'a pas été demandé mon avis sur cette affectation !... j'ai donc servi cette unité et rejoint ALGER où l'unité a stationné jusqu'à la date de proclamation de l'indépendance de l'Algérie.

               Très cordialement

C'est à RABELAIS qu'a été donc formée cette unité. Un jour sont arrivés dans la coopérative vinicole venant d'où je n'en sais rien, des civils d'origine FSNA.

Hébergés, habillés, puis formés militairement durant une courte période, c'est sur Alger que nous avons tous été transportés par camions

Aux ordres du CNE CHINCHON, l'unité a occupé les collèges existants tout près de Notre Dame d'Afrique, sur les hauteurs d'ALGER.

Des autres FSE composant l'unité, je n'ai souvenance que d'un nom, celui d'un MDL d'active, EVDA comme moi (Michel MAS ....). Lui issu de l'Ecole d'Application de l'Artillerie de Châlons en Champagne, et moi-même de l'Ecole de spécialisation de l'Artillerie Antiarienne de Nîmes.

De cette période "de cent jours" passée à ALGER je n'ai souvenance que de ceci :

- de patrouilles effectuées dans BAB-EL-OUED (Rue Réaumur....) auxquels j'ai participé à la tête de mon groupe de combat, voire d'une section

- de ma participation à la protection de personnes déménageant de ces mêmes quartiers avec plus ou moins la peur au ventre bien entendu, dans la mesure ou nous étions en terrain hostile, et de la nécessité aussi de faire très attention à mes propres hommes, dont j'ignorais totalement la valeur de chacun et surtout leurs sentiments sur la situation du moment !...

Je n'étais pas sans expérience dans la mesure où j'ai servi avant mon passage au 1/421° RA, dans les Aurès (Sud-Constantinois)

Je précise que nos FSNA étaient armés du fusil "LEBEL" !...

**************************************************************************************************************

Au cessez le feu (mars à JUILLET 62) j'ai été enrôlé dans la 480 ème U F L à Notre Dame d'AFRIQUE à ALGER 

 Voir) son message: Je recherche des anciens du 18ème RA basé à PAUL ROBERT

. Ma compagnie était basée à EL MARSA.mon poste se trouvait au GUELTA avec DESCUS,BECLIN, KOVALSKI,etc.

.au cessez le feu (mars à JUILLET 62) j'ai été enrôlé dans la 480 ème U F L à Notre Dame d'AFRIQUE à ALGER

 

Journal Officiel des Armées

Dernière action de Combat du 18ème  Régiment d’artillerie

Du 15 décembre 1961 au 29 janvier 1962  Du 12 Mars au  12 Mai 1962

***************************************************************************************

Copie ci-dessous d'un message reçu qui peut-être en rapport avec cette unité

Yvon bonjour,

Malheureusement je n'ai que très peu d'information à te donner. C'est une période trouble pour moi. En mars mon frère et me tante adoptive étaient assassinés par l'OAS alors que je faisais mes EOR à Cherchell. j'ai été versé dans une unité, en réalité une Cie n  ?   de la Force Locale qui était sur le port d'Alger,  juste en bas de la Place du Gouvernement, en contrebas de la Casbah. Je ne me souviens même plus du No de l'Unité.  Le premier juillet suis allé dormir  à la maison et le 2 juillet au matin en retournant é mon unité, il n'y avait plus personne., plus rien.  La zone autonome d'Alger sont venus prendre et le matériel et les hommes alors que le présidents du gouvernement provisoire Farés à été mis au arrêts avec son responsable militaire. J'ai mis les mains dans les poches et suis retourné à la maison. Je crois qu'une bonne partie des éléments de cette unités ont été intégrés à l'ALN pour faire face aux événements qui allaient survenir par la suite, soit le coup de force de l'armée des frontères avec le colonel Boumediene pour prendre le pouvoir. Il n'est pas impossible que ces ralliés de la dernière minutes aient  leur cartes de combattants algériens actuellement.  Beaucoup plus tard, en 1968, j'ai été désigné pour aller faire des études  pour le génie militaire à St-Cyr et j'ai refusé. Cela m'a valu quelques emmerdes mains pour un certain temps seulement.

Nous étions sur le port d'Alger pour protéger les pieds-noirs qui partaient et faire face à l'OAS éventuellement qui avait déjà plastiqué l'endroit avec de nombreux morts parmi les dockers Algériens. La Cie était commandée par un lieutenant Kabyle mais, il n'y avait pas de FSE là et les soldats Algériens étaient rapatriés d'Allemagne ou de France. Nous étions seulement deux aspirants algériens avec le Lt.

Réellement c'est un souvenir sombre et confus ayant passé pas moins de trois semaine comme soldat sur le terrain.

Il n'y a eu aucun accrochage heureusement, contrairement à Oran. Faut dire que les forces françaises embarquaient pour la France au même moment. J'ai eu seulement  désarmer qq civils pieds-noirs pour qu'ils n'aillent pas foutre le bordel en France.

Cordialement,

force-locale-de-l-ordre-algerienne-005.jpg

reconnaissance-recue-par-nos-camarades-de-la-446-ufl-2-1.jpg

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 21/09/2015

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site