le 153ème RIM avec la 407°et la 409° UFO

 

Merci de me dire  ce que vous savez,  sur cette période transitoire de Mars 1962 à l'indépendance de l'Algérie 

lien -- http://www.ina.fr/audio/PHD94017840   sur passation de pouvoirs de la Force Locale 21/04/1962

Audio a écouter de la 8 minutes a la 11 minutes, ce qu'on peut voir sur www.ina.fr/video/CAF90002960

***********************************************************************************************************

" Nous aimerions savoir, pour notre devoir de mémoire, si les informations

que nous avons obtenus en 2013 sur notre camarade de la Vienne,

(voir ci-dessous)  se serais pas passé ailleurs aussi  dans d'autres unitées,

dont nous n'avons aucune information précise a ce jour pour cette période?"

****************************************************************************

Copie de documents officiels )

Rousseau Jean Claude (86)  libéré de ses obligations légales le 1-5-62  

Maintenu sous les drapeaux le 1-5-62

Muté à  la 470 UFL à compter 1-4-62     Porté disparu   depuis le  2-7-62

Muté  CAR     101          23- 8- 62

Pris en compte   CAR  101 a/c   le 1-9-62   D.M  N°17903/ES CA/CH/ (illisible) en  date du 23-8-62

Affecté   CAR  4 Bordeaux  a/c du  1-9-62                                                       

Rectificatif à l’OM N° 18903/23 CA CH /p en date du 23- 8-62 a l’affectation à la CAR 101

Affecté  CAR/1   a/compter  du 26 -9-62   A.M 9105  ( illisible)  du 26-9-62

Déclaré décédé le 2- 7-62   Par jugement rendu le  18-6-63 par le TGI de Poitiers

 Jeune soldat courageux et dynamique de la 470ème compagnie de la force locale stationnée

à Reibell  (Algérie)  Le 2 juillet son unité ayant été encerclée par des éléments rebelles,

a fait preuve d'abnégation et d'un mépris total du danger en refusant de se laisser désarmer.

A éte tué aucours du combat qui s'est engagé 

**********************************************************************************

Merci aussi, de me dire  en fin de page, ce que vous avez appris de nouveau avec la lecture de cette page,  sur cette période transitoire de Mars 1962 à l'indépendance de l'Algérie 

****************************************************************************

 
Aucun témoignage ne m'est parvenu sur les deux  forces locale  de ce régiment
Sauf 
J’étais bien à Zaouira en 62 Je n’ai pas été dans la Force Locale On les méprisait pas mal Je ne connais personne qui en ait fait partie. 
153 ri 1
153 ri 2
 
Le 9 Mars 1962 Les Officiers du 153 RI étaient bien au courant des forces locales 
 
153 ri jpg
153 ri 3
*************************************************************************
Merci de me dire par un petit mot en fin de page, ce que vous avez  appris sur votre régiment et de cette force locale de l'ordre Algérienne constituée vers le début avril 1962, que vous ne saviez pas.

Merci aussi, de me dire  si vous savez autre chose,  sur cette période transitoire de Mars 1962 à l'indépendance de l'Algérie 

*********************************************************************

" Nous aimerions savoir, pour notre devoir de mémoire, si les informations que nous avons obtenus en 2013 sur notre camarade de la Vienne,(voir ci-dessous)  se serais pas passé ailleurs aussi  dans d'autres unitées de la force locale, dont nous n'avons aucune information précise a ce jour pour cette période?"

 

Copie de documents officiels )

Rousseau Jean Claude (86)  libéré de ses obligations légales le 1-5-62  Maintenu sous les drapeaux le 1-5-62

Muté à  la 470 UFL à compter 1-4-62     Porté disparu   depuis le  2-7-62

Muté  CAR     101          23- 8- 62

Pris en compte   CAR  101 a/c   le 1-9-62   D.M  N°17903/ES CA/CH/ (illisible) en  date du 23-8-62

Affecté   CAR  4 Bordeaux  a/c du  1-9-62                                                       

Rectificatif à l’OM N° 18903/23 CA CH /p en date du 23- 8-62 a l’affectation à la CAR 101

Affecté  CAR/1   a/compter  du 26 -9-62   A.M 9105  ( illisible)  du 26-9-62

Déclaré décédé le 2- 7-62   Par jugement rendu le  18-6-63 par le TGI de Poitiers

 Jeune soldat courageux et dynamique de la 470ème compagnie de la force locale stationnée à Reibell  (Algérie)  Le 2 juillet son unité ayant été encerclée par des éléments rebelles, a fait preuve d'abnégation et d'un mépris total du danger en refusant de se laisser désarmer. A éte tué aucours du combat qui s'est engagé 

*****************************************************************************************************************
Yvon priou pour site
 
************

  Période de la Force Locale 407°- 409° UFO avec le 153° RIM

Témoignages de notre Ancien camarade  sur son site

http://1961-1962-algerie.over-blog.com/article-dimanche-15-avril-1962-102956159.html  

15 avril 2012      Je pense que nous avons dû déposer des appelés à Laverdure, Zarouria, Dréa et Clairefontaine avant d'arriver à Tébessa si j'en juge par les unités de la Force locale qui étaient créées à partir de ce jour du 15 avril 1962 :

 Unité                   corps chargé de la mise sur pied            implantation

 408ème U.F.O    III/60ème R.I.M                                           Laverdure

409ème U.F.O    153ème R.I.M                                             Zarouria

410ème U.F.O    4ème R.H (hussards)                                Dréa

411ème U.F.O    26ème R.I.M                                               Clairefontaine

412ème U.F.O    I/40ème R.A.A                                         Tébessa Bir el Ater

15/04/12 - à Souk-Ahras la population musulmane, en voyant arriver nos appelés musulmans versés dans la force locale, est venue en masse les embrasser. Cela commençait à tourner au début

*****************************************************************************************************************************************************

  "J'ai retrouvé dans le Mémorial des anciens Militaires de la Saint Cyrienne, un indice, où plutôt une information sur le 153ème RIM."

Du capitaine Georges Marcq  du 153ème RIM DCD 

       ""A continuer de payer de sa personne, comme Adjoint  au Commandant de l'E.M.T.I. du 153ème RIM, et du quartier frontière, notamment pendant la période difficile qui a suivi le cessez le Feu apportant au commandant de quartier, une aide intelligente, et, inlassable"" 

(cela ressemble a la mission effectuée par les militaires officiers FSE dans les forces locales ?)

Mort

*******************************************************************

Commandant Lefevre   SP 86 167, le 9 mars 1962

Mon Colonel,

Je réponds avec bien du retard à votre dernière lettre, et je vous prie de bien vouloir m'en excuser.

J'ai eu, depuis votre départ, bien des occupations, avec la mise en train simultanée  du Cdt. Raveney et du Colonel Degas, avec les événements, aussi, qui nous obligent à  faire face à de nombreux problèmes nouveaux.

Le Cdt. Raveney s'est fort bien adapté et son calme naturel lui a été particulièrement précieux. Je lui viens en aide aussi souvent que possible pour toutes les questions déjà en cours, qui demandent un retour en arrière.

Le Colonel Degas a visité successivement toutes les unités et installations du  secteur. Je l'ai accompagné dans la plupart de ses déplacements, ce qui m'a permis d'approfondir un peu les problèmes propres au 15.3 et ... m'a fait le plus grand bien : je

me suis désintoxiqué progressivement de mes longs mois d'assignation à résidence.

Mais, quand je suis présent, bien des visites et des coups de téléphone m'arrivent encore indirectement, par la force de l'habitude.

En ce qui concerne le secteur, nous avons eu une période de calme plat, à laquelle vient de succéder, depuis deux jours, une forte agitation du côté fell., dont les journaux et la radio ont donné des échos d'ailleurs passablement exagérés. Demain, nous devons faire une solide opération d'aération autour d'A.Z. qui a été fréquemment harcelé, sans perte, depuis 48 heures.

Les ordres reçus en prévision du cessez-le-feu ne sont, pour le moment, que des directives assez vagues. Ils nous conduisent cependant à faire état de multiples  hypothèses, dont le facteur commun est la remise en condition de mobilité de toutes les

unités.

Nous sommes d'autre part en train de reconstituer la CA : 15.3, sur ordre ferme du Gal. Multrier : cantonnement à  Montgardien, avec une section de commandement, une section portée (issue de la section de Protection de la CCS), une section de Radaristes, une section de Mortiers de 81 m/m et le peloton d'A.M. (qui a quitté le Battoum).

Au milieu de tout ce "trafic", nous avons reçu de nombreuses visites,  évidemment : Gal. Kergerevet, Gal. Rafa, Gal. Multrier, etc... sans parler d'une équipe  RTF de "5 colonnes à la une" et autres princes de moindre lignée.

La ville de Souk-Ahras reste calme : les fêtes de l'Aïd se sont déroulées sans incidents. Les musulmans sont assez détendus et plutôt "optimistes", tandis que les Européens s'inquiètent, colportent des bobards énormes et font grève à toute occasion,

sous prétexte d'insécurité.

Le Colonel Mathieu est toujours parmi nous, comme Adjoint au Cdt. de secteur, tout en conservant le commandement du 60ème RI.

En ce qui concerne l'encadrement du 15.3, le Colonel a décidé d'affecter Marcq comme Adjoint du Cdt. Renaudat. D'autre part, nous devons recevoir un Capitaine (Kusseling), deux S/Lieutenants d'active (dont Spangenberg, qui revient) et deux

aspirants de réserve. Un Sergent-Chef, ancien du 15.3 a rejoint hier ; mais aucun autre Sous-Officier n'est annoncé.

Je vous adresse, par le même courrier, deux hampes de fanion (dont une "neuve" pour le fanion du 15.3) et un petit album des photos prises le jour de votre départ, auxquelles j'ai ajouté les photos des obsèques de Coppin, que vous aviez demandées.

Quant à vos "dettes", dont vous me parlez dans votre lettre, elles sont toutes "éteintes", y compris popote et téléphone.

J'espère que votre inaction temporaire ne vous pèse pas trop. J'espère surtout que votre santé continue à s'améliorer et que les "blouses blanches" de Percy ne vous persécutent pas trop.

Je vous transmets, en terminant, le bon souvenir du Colonel Degas, qui se propose de vous écrire sans tarder, et tous les vœux de nos camarades, qui m'ont demandé de vous exprimer de nouveau leur très sincère attachement.

Je vous demande, mon Colonel, de bien vouloir agréer l'expression de mes sentiments respectueux et très fidèles.

M. Lefevre

**************************************************************************************************************************************************
   Sur.... Erudin Philippe...... "Il sert à nouveau en Algérie (1962-1963) à la tête  d’une Compagnie du 153ème Régiment d’Infanterie Motorisé ou il se confirme comme « un officier d’élite, parmi les plus brillants de sa génération ».
 Entré à Saint-Cyr en 1952 à l’âge de 20 ans, Philippe Erulin est issu d’une famille de tradition militaire. Son père Colonel, l’un des « Maréchaux » du Général de Lattre, est mort pour la France en 1951 à la suite des blessures reçues au combat en Indochine.
Promu  Sous-Lieutenant en 1954, il choisit de servir dans l’Infanterie au 1er Régiment de Chasseurs Parachutistes. En Algérie de janvier 1956 à août 1959, il se distingue à la tête d’une Section du 1er RCP. Il obtient les  appréciations suivantes : « calme, plein de sang froid, se comporte sur  le terrain comme un véritable chef, exemple vivant pour les cadres et pour la troupe ». Durant cette période, il est blessé 2 fois, dont une grièvement, et sera cité 4 fois. Il est fait Chevalier de la Légion
d’Honneur à 26 ans.

Texte de sa 1ère citation à l’ordre de la Brigade le 21 juin 1956 : « Chef de section remarquable. Le 1er mai 1956 au col situé à 10 Km de Kenschela sur la route de la ferme Berthon, il a engagé ses hommes dans un combat poussé jusqu’au corps à corps. Audacieux, manœuvrier, magnifique, payant d’exemple il a permis à sa section de recueillir la grande part d’un brillant palmarès : 18 rebelles abattus et 15 armes de guerre récupérées. Jeune officier en qui s’allient les plus belles qualité de combattant et de chef ».  Instructeur  à l’école d’Application de l’Infanterie (1960-1961) puis stagiaire à l’Ecole d’Etat Major, il sert à nouveau en Algérie (1962-1963) à la tête  d’une Compagnie du 153ème Régiment d’Infanterie Motorisé ou il se confirme comme « un officier d’élite, parmi les plus brillants de sa génération ».
**********************************

Informations receuillies le 15/09/2016  

  "J’étais bien à Zaouira en 62.

  Je n’ai pas été dans la Force Locale.

On les méprisait pas mal.

Je ne connais personne qui en ait fait partie."

**************************************************************************************

HENNINGER Prénoms : Richard Conflit : Guerre d'Algérie Grade, unité : Caporal - 153e R.I.M.  [Infanterie] - R.I.M. Régiment d'infanterie Motorisée Déployé en Algérie auprès de la 2e D.I.M. pour les opérations de maintien de l'ordre et de sécurité. Complément : Matricule, recrutement : Date de naissance : 28/10/1941 Département ou pays : 68 - Haut-Rhin Commune de naissance : Colmar Genre de mort : ?  Mention Mort pour la France : Oui

Date du décès : 27/05/1962 Département ou pays : 9352 - Algérie Commune du décès : Souk / Ahras

Secret defense
 
 
 reconnaissance-recue-par-nos-camarades-de-la-446-ufl-2-1.jpg
 
 
 
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 09/05/2017

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site