La 457ème UFL avec Dumont

Témoignages sur la 457ème UFO - (458° ?)

 

Message d'un Ancien. C'était le lieutenant Poitou qui commandait les force locale en 1962 a Tiliouat

Et  Informations sur  le 19 ème  RCC      Journal l'Ancien d'Algérie

19 rcc 1

19 rcc 1

19 rcc 2

19 rcc 3

19 rcc

Quatre pages d'information pour ce régiment le 19 RCC  sur le journal l'Ancien d"Algérie de la FNACA et simplement 5 petites lignes sur les deux unités de la Force locale constitués par ce régiment, (et en plus avec deux erreurs pour les numéros des forces locales),

Les UFL 417et 418 ont déjà figurés sur ce journal  l'Ancien d'algérie  "C'était votre unité " sur le 51ème Regiment d'Infanterie.

Erreur de frappe vient de me confier Jean Louis Cerceau par message ????? 

************************************************************************************

 Ce fut exactement 4 mois de classe , puis pour tous la ventilation sur l' Algérie . en ce qui me concerne , je suis resté 10 mois de plus en France j ai étè affecté a la CCS et au foyer du 2° HUSSARDS puis le 18 02 62 diriges sur le 19° RCC en Algérie a Bouira en petite Kabilye jusqu au 19 03 62 Opérationnel , et puis 3 mois de FORCE LOCALE jusqu a fin juin ; et ,,,,,,,,,,,,,, 3 mois d hopital pour une jaunisse carabinée . ensuite rejoint le régiment qui est dissout , les non libérables ventilés sur différents régiments en Algérie , et nous les libérables rappatriés en France , a Sissonne dans l 'AISNE libéré le 20 11 62

 Photo de cet ancien ; Lilian Dumont de la Force locale Algérienne  457 UFL-UFO

03.1962 : Affecté au 5ème Peloton au P.C. de Tilouat (Petite Kabylie).

10.04.1962 au 02.07.1962 : Envoyé au camp de Saharidj et "intégré" avec ses camarades Français au sein du nouveau 457e U.F.L./U.F.O. (Armée Algérienne).

Le 28.06.1962 : Désertion de combattants du F.L.N. au sein du 457e U.F.L./U.F.O.

Le 02.07.1962 : Répression par les combattants du F.L.N. du 457e à l'encontre de leurs déserteurs de la journée du 28.06.

Le 04.07.1962 : Indépendance de l'Algérie.

Du 28.06.1962 au 02.10.1962 : Hospitalisé à l'hôpital militaire Ducros de Blida pour cause de jaunisse sévère

*************************************************************************************************************************

Copies)   Des vies et des Guerres

Livre de Lilian Dumont

LORSQUE LE 5e ESCADRON DU 19e R.C.C. FRANÇAIS DEVINT

457e U.F.L.

Entre le 11 et le 15 avril 1962, d'importants contingents d'appelés F.S.N.A. intégrèrent, entre autres, le 5e escadron du 19e R.C.C. où se trouvait incorporé Lilian ; ils complétèrent et remplacèrent aussi les diverses unités françaises basées dans la région. Les « Unités de la Force Locale » (U.F.L.) apparurent.

 Lilian Dumont : « Pourtant, cela n’allait pas durer longtemps cette petite vie peinarde à peine les 15 premiers jours d’avril. Puis, un matin, nous eûmes la visite d’officiers : capitaine, commandant, etc., et de gars en renforts. Des camions étaient chargés de literies et d'armoires et ils réaménagèrent tous les dortoirs. Tout ce beau monde resta parmi nous trois jours. Et le deuxième jour, au soir, une armada de G.M.C. arriva avec un tas de gars.

 C'étaient tous des F.S.N.A. : 300 gus ! Ils furent aussitôt affectés par pelotons. Ah ! J’oubliais, il y avait une jeep avec à son bord un lieutenant (deux barrettes), et deux sergents dans un autre véhicule et d’autres sous-officiers tous F.S.N.A. (...).

LA CUISINE RAFFINÉE DE O...

Lilian Dumont : « Le cuistot Normand O..., lui il fallait le dire ; il les cherchait toutes... Un jour, il annonça : « Au menu... civet de lièvre ». Il alla au village et négocia quelques marchandises. Le village de Saharidj était plus grand que Tilouat avec deux boutiques kabyles. Il nous dit : « Des braconniers ont fait du lièvre ». Bon soit ! On se pourléchait les babines. Le midi, ce fut un royal repas en terrasse devant les cuisines. Ce fut divin ; la sauce fut extra, les quelques patates bouillies furent bien accommodées, hum !… Quand tout le monde eut fini ; chacun vaqua à ses occupations. Moi je retournai dans mon foyer ; l’armurier partit dans sa soute ; le gars du casernement (le bricoleur) s'en retourna à ses outils et mon O..., fit le grand lavage dans ses cuisines. Il fallait dire qu’à Saharidj, l’eau ne manquait pas. Nous étions approvisionnés par les deux gros barrages à 200 mètres au-dessus du fort ; c'était 200 mètres à vol d’oiseau, mais pour y aller, il fallait faire 1,5 km de pistes. O... lui finit son nettoyage et referma les portes. Et lorsque les grosses portes en bois des cuisines de refermèrent... qui avait-t’il de cloué derrière ces portes ? Et bien... huit peaux de chat ! Ce fut la révolution dans le camp et des gars se mirent à vomir de partout ; les F.S.N.A. grondèrent : « Le cuisinier, c’est un fou ! Naal dine oumouk ». Le lieutenant accourut aussitôt et le sous-lieutenant également. Ce fut un désastre. Les F.S.N.A. ne voulurent plus entendre parler du cuisinier ; encore qu'ils faisaient eux-mêmes leur bouffe et qu'ils s’approvisionnaient en tout aux cuisines en pâtes, riz, graines de couscous, légumes (...).

LE DÉPART DÉFINITIF POUR BLIDA (26-27 JUIN 1962)

Lilian Dumont : « Nous étions courant juin 62, un malaise régnait dans le cantonnement. Ça ne tournait pas rond à ce que nous comprenions. H.... était en rendez-vous constant avec notre sous-lieutenant, puis vers le 20-21 juin 62, ce fut un grand rassemblement pour nous annoncer que de Saharidj nous allions déménager vers Blida au sud d’Alger. Ce qu’ils appelaient à l’époque la « Mitidja » : « le jardin d’Alger » en Arabe ; car c'était le pays des orangers, des fruits et des légumes).

Mais, car il y a un mais, une dizaine de jours avant le déménagement, je commençais à ressentir une certaine lassitude. J'urinai noir comme du café, et l’infirmier qui était en même temps l’armurier du camp (il était vraiment infirmier dans le civil) me dit : « Dumont, tu as une bonne jaunisse ; il faut absolument que tu rejoignes la base (le 19e R.C.C.) ». Mais ce tordu, d'H...., ne voulut rien savoir. Il fit la sourde oreille et demeura intraitable ; même notre sous-lieutenant ne put rien pour intercéder en ma faveur auprès d'H....

Finalement, nous avons déménagé vers le 26-27 juin 62 ; l’enfoiré d'H.... m’avait même interdit mon transport par ambulance. Il toléra à peine que je sois transporté à l’arrière d’une jeep en plein soleil. Chose qu’il ne fallait surtout pas faire avec une jaunisse. Avant de sombrer, j’ai demandé à l’infirmier (je ne me rappelle plus de son nom…) de prendre en charge mon chien Pipper. Je lui dis qu’il serait un bon second pour garder son armurerie. L'homme accepta (...).

 Des captures de certaines pages du livre de Lilian Dumont, qu'on pouvait lire sur le Web dans  "des vies et des guerrescarte-d-identite-002.png

carte-d-identite-003.png carte-d-identite-005-1.pngcarte-d-identite-004-1.png

 carte-d-identite-014.png

carte-d-identite-016-1.pngcarte-d-identite-015.png

  carte-d-identite-019.pngcarte-d-identite-017-2.pngcarte-d-identite-018-1.png                                                                                                                                                                      

carte-d-identite-020.png carte-d-identite-021.pngcarte-d-identite-022.pngcarte-d-identite-023.png

DEs vies et des Guerres (copie)

 Tout rentrerais dans l'ordre, sinon nous serions obliger par sécurité de désarmer la 457 ...Malaise ...trés gros malaise. Le commandant embarrassé nous demanda

Ben les gars , - combien etes -vous ? - 22 avec les sous Officiers  Nous comprimes qu'il connaissait pas notre effectif. Nous étions vraiment dans une situation on ne peut plus délicate. Aprés réfléxion , il ajouta

Vos dispositions sont, de nuit comme de jour, si un incident grave survient: autorisation de dégager. Vous embarquez dans deux camions : vous rapatriez? vos armes individuelles et le mieux d'armes que vous pouvez et rentrez dare-dare içi au PC

Soulagement)  "Merci Mon commandant " Nous lui avons demandé de plus de ne pas confirmer cette information a notre transmission, car il lisait toutes les informatins, Alors tout les quatres, nous signames le manifeste que le commandant fit établir .

****************************************************************

Commentaire de cet ancien militaire du contingent  FSE de la 457 UFL-UFO qui ne dût la vie, qu'au dévouement de plusieurs de ses camarades qui l'ont transportès a l'Hopital et qui se sont fait assassinés au retour. Voir   ( Mémoires des Hommes  MPF "Gonzalez Paul 29/06/1962 )   ( MPFGonzalez Paul 29/06/1962 - mémorial Genweb)

 <<  Mais de toute manière, depuis cette tragique histoire, je garde une dent contre tous  « ceux de l’époque » qui ont laissé  de pauvres appelés entre les mains des fellaghas  pour prétexter du maintien de l’ordre contre l’OAS.

            J’ai déploré surtout leur dégagement, leur manque de responsabilité, leur abstention (sous diverses prétextes) d’être a nos côtés dans le pire.

           Pouvait-on blâmer un pauvre sous –lieutenant appelé pour mener avec expérience, mais en toute responsabilité une telle « mission (..) »  

            Merci  à vous  «messieurs de l’époque » de vous être tous dérobés à votre devoir, merci pour l’exemple à ne pas suivre  que vous avez transmis bon mal gré aux générations futures.

 Cet exemple qui fait « messieurs » que vous ayez terni l’image de ceux, vos pairs qui ont essayé et essaieront d’assumer dignement en toute responsabilité vos erreurs du moment et qui a fait de vous des pauvres types planqués »

 

A la 457 ème UFL il y avait 24 FSE dont 5 gradés (19 hommes de Troupe)

*****************************************

 Voir sur site  ceux qui se considérent  comme des (Justes)   ???

Liste des JUSTES de l'Armée Française en Algérie 1962 ...

www.harkisdordogne.com/.../liste-des-justes-de-l-armee-francaise-en-alg...

Il y a 7 jours - Liste des Justes de l'Armée Française en Algérie 1962 Lt Bénéssis de ...  Lieutenant François MEYER du 23ème Spahis

*************************************************************************************************

Avant cette péripétie sur la force locale 457 raconté par Lilian Dumont, les chasseurs d'un autre régiment de chasseurs le 18ème RCC, avaient subit une catastophe dans les Aurès dans le djebel du Chélia le 1er Aout 1959

" J'ai appris par hassard a une soirée loto Il y a 4 ans. Mon voisin qui était la-bas,ce jour-là m'avait raconté cette histoire, en jouant au Loto: Car étant chasseur il croyait que j'y étais et que j'avais échappé aux flammes. L'aviation avait  bombardé des bidons de napalm le djebel Chélia "

  «  Dans un livre de Jean Pierre Vittori de 1977     chez Stock             « Nous les appelés du contingent »           celui-ci raconte à la page 98,   ( Copie )       « L’accident peut devenir encore plus tragique ; »             « Comme celui survenu dans le massif de l’Aurés le 1er  Août 1959. Ce jour-là, cinquante-quatre militaires du 18ème  chasseurs périssent dans un incendie » Voici la version officielle de l’accident-  « Onze heures du matin- plusieurs unités ratissent le terrain d’une région boisée qui borde le massif des Aurés. C’est l’opération classique, presque quotidienne. Le soleil est étouffant, brûlant. Les hommes avancent, éteignant de petits foyers d’incendie, provoqués par la chaleur. Pas de souffle de vent, et le feu ne risque pas de prendre des proportions importantes. Le ratissage se poursuit. Soudain, c’est la catastrophe     ; Subitement, le vent du sud se lève. Le feu s’étend. Les flammes commencent à dévorer les broussailles. Aussitôt les unités se replient toutes. Sauf une qui se trouve soudain presque encerclée par les flammes. Les hommes se précipitent dans une trouée qui reste ouverte. Trop tard. Le cercle de feu se referme brusquement sur cinquante-quatre d’entre eux »    ***************************************************************  

          Le journal Libération du 5 Août 1959 pose les questions suivantes -  «  Ne peut-on pas plutôt se demander si cet incendie n’a pas été plutôt provoque par une opération déclenchée par le F.L.N, ou  encore comme le bruit commence maintenant à en courir dans les milieux bien informés, s’il n’était pas la conséquence d’un bombardement au napalm qui aurait été mal dirigé ? »  -  Allez savoir ?.  

 ********************************************************

   Dans le du livre de Michel Sabourdy 1954-1962       Chronique d’une drôle d’époque, page 325      il est écrit                                    -  Ce n’est que 45 militaires qui sont brûlés (Copie )        « Bref, Challe emploie des moyens encore jamais vus, ………….. l’opération (jumelles) n’est pas encore terminée . »             « 31 militaires ont été tués dans la semaine du 3 au 9 août, bilan qui vient s’ajouter aux 45 morts brûlés dans un incendie de forêt au cours d’une opération, le 1er août, à 11 heures 30 dans les Aurés »

Je viens d'apprendre encore par hasard hier 26 octobre 2014, encore au Loto,  que 52 cadavres  ont été comptés a la suite de cet incendie volontaire. Ce fut  un autre témoin, qui du poste de Kenchela voyait l'incident et ce disait qu'avec ces flammmes les fellagas n'allaient leurs échappés. Il a était vite renseignier du malheur qui arrivé a ses camarades (Yvon Priou)

****************************

 Sur mémorial geneweb

  Lieutenant de Roffignac   Saint-Cyr Promotion "du Maréchal Franchet d'Esperey" (1955-1957) - Chevalier de la Légion d'Honneur, Croix de la Valeur militaire avec Palme - Le 1er aout 1959 lors d’une opération sur le Mont Chelia, le 2 ° escadron du 18° RCC aux ordres du Lieutenant de Roffignac et la harka n°16 sont surpris par un violent incendie rabattant de foret dû à un retour de Sirocco. Le Lieutenant essaie désespérément d’aller chercher du secours. Il est gravement brulé. Le 2° peloton perd en plus 29 hommes dans la fournaise, la harka 17 , plus 6 prisonniers. Terrible bilan 54 morts - Citation : du Lieutenant de Roffignac - « Jeune officier de Cavalerie au courage hors pair. Pendant dix mois d’opérations n’a cessé d’apporter à l’exécution de ses missions le meilleur de lui même. Animé d’un idéal patriotique sans égal, a donné les marques des plus hautes vertus - « Surpris avec son escadron au cours d’une opération, par un incendie de forte le 1er aout 1959, dans le massif du CHELIA (Aurès), ayant son poste radio accidenté, fit face ai danger et traversa les flammes pour chercher du secours - « Est mort des suites de ses blessures, ayant donné à tous l’exemple éclatant de volonté héroïque et d’esprit de sacrifice

**************************************************** 

Rien sur la 458° UFO............Mais ....? dans le livre de Maurice Faivre, Les Combattants musulmans de la Guerre d'Algérie, Des soldats sacrifiés 

Les combattants Français de souche européenne n'étaient pas sacrifiés.!...????

Désigné en avril 1962 par le colonel Bernard Commandant le 19°RCC pour mettre sur pied une unité de la force locale (UFL)  le capitaine J deF refuse de commander des fels. Convoqué par le Géneral de Mendite commandant le CA d'Alger il se voit infliger un mois d'arrêt de forteresse qu'il accomplit a la CCR de Tizi Ouzou où il est bien accuelli et se voit confier des tâches de décoration et d'impection des matériels.Pendant ce temps l'UFLde Bouira manifeste et fait la gréve,  perds queques déserteurs, est contactée par le FLN et participe aux ordres du sous Préfet , a la fouille du quartien européen

***********************************************

Liste n 1

force-locale-de-l-ordre-algerienne-003.jpg

reconnaissance-recue-par-nos-camarades-de-la-446-ufl-2-1.jpg

 Pour voir "les évenemets" de 1958 du 19ème RCC 

   La bataille d'Izerouel · SAHARIDJ TRIBUNE  laouari.unblog.fr/la-bataille-dizerouel/

************************************************************************

    Merci pour la visite de mon site   Yvon Priou                   

 

Commentaires (1)

1. maignan 11/07/2017

c'était le lieutenant Poitou qui commandait les force locale en 1962 a Tiliouat

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 23/07/2017

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site