La 406°UFO avec le 12° BCA

lien -- http://www.ina.fr/audio/PHD94017840   sur passation de pouvoirs de la Force Locale 21/04/1962

Audio a écouter de la 8 minutes a la 11 minutes, ce qu'on peut voir sur www.ina.fr/video/CAF90002960

La 406° UFO et le  12ème  BCA

" Nous aimerions savoir, pour notre devoir de mémoire, si les informations

que nous avons obtenus en 2013 sur notre camarade de la Vienne,

(voir ci-dessous)  se serais pas passé ailleurs aussi  dans d'autres unitées,

dont nous n'avons aucune information précise a ce jour pour cette période?"

****************************************************************************

Copie de documents officiels )

Rousseau Jean Claude (86)  libéré de ses obligations légales le 1-5-62  

Maintenu sous les drapeaux le 1-5-62

Muté à  la 470 UFL à compter 1-4-62     Porté disparu   depuis le  2-7-62

Muté  CAR     101          23- 8- 62

Pris en compte   CAR  101 a/c   le 1-9-62   D.M  N°17903/ES CA/CH/ (illisible) en  date du 23-8-62

Affecté   CAR  4 Bordeaux  a/c du  1-9-62                                                       

Rectificatif à l’OM N° 18903/23 CA CH /p en date du 23- 8-62 a l’affectation à la CAR 101

Affecté  CAR/1   a/compter  du 26 -9-62   A.M 9105  ( illisible)  du 26-9-62

Déclaré décédé le 2- 7-62   Par jugement rendu le  18-6-63 par le TGI de Poitiers

 Jeune soldat courageux et dynamique de la 470ème compagnie de la force locale stationnée

à Reibell  (Algérie)  Le 2 juillet son unité ayant été encerclée par des éléments rebelles,

a fait preuve d'abnégation et d'un mépris total du danger en refusant de se laisser désarmer.

A éte tué aucours du combat qui s'est engagé 

**********************************************************************************

Merci aussi, de me dire  si vous savez autre chose,  sur cette période transitoire de Mars 1962 à l'indépendance de l'Algérie 

Le 12°BCA  a Blandan    La route de Bône       J'ai passé vingt-trois mois en Algérie, de septembre 1960 à août 1962 à la 2e compagnie du 12e BCA dans El Frin. De ce village, situé au sud de Doum el Souk, jusqu'au Tarf, jour et nuit nous montions la garde le long du barrage électrifié pour nous opposer aux passages du FLN venant de Tunisie vers l'Algérie. Le QG du bataillon était stationné à Blandan, plus à l'ouest sur la route de Bône. Ce n'était un secret pour personne, là, siégeait le 2e Bureau dirigé par un lieutenant de carrière. Un sanglier capturé dans le djebel était le locataire permanent du réduit puant dans lequel étaient jetés les prisonniers " interrogés ". C'est également à Blondan qu'opérait le commando de chasse du 25e BCA, constitué d'appelés, de harkis et de ralliés. Des membres de cette unité de choc se faisaient une gloire de se vanter de leurs sinistres exploits. Lorsqu'ils " sortaient " en opération, ils devenaient une véritable meute sans foi ni loi

**************************************************************

Alain-Michel Zeller nait en 1937 à Lyon dans une vieille famille aux racines alsaciennes, très honorablement connue. Fils du Général André Zeller, combattant de 14-18 et 39-45, neveu du gouverneur militaire de Paris dont le fils, le LTN Jacques Zeller, est tué en 1950 en Cochinchine, ce n’est pourtant pas vers la carrière militaire qu’Alain-Michel s’oriente. Il rejoint l’Institut Français du Pétrole ou il est formé au rude métier de foreur pétrolier. Très engagé dans la cause de l’Algérie française, après une préparation militaire parachutiste, il devance l’appel en 1959 (Classe 59/1A) et rejoint successivement le Centre d’Instruction du 18e RCP, le peloton EOR de la Base Ecole des Troupes Aéroportées (BETAP) de Pau et l’Ecole des Elèves Aspirants de Cherchell. Il est affecté au 12e BCA à Blandan, sur la ligne « Morice ». Aspirant puis Sous-Lieutenant, il est à la tête de commandos de chasse harkis, traquant les fellaghas tentant de traverser la frontière tunisienne. Il vit la rébellion des Généraux d’avril 1961 à Alger, dans laquelle on connaît la part importante prise par son père, entre oreille collée au transistor et mission  sur le terrain, volonté d’éloignement de sa hiérarchie. Quelques semaines après l’échec du « putsch », il quitte l’Algérie, son temps de service terminé (28 mois). Il poursuit dès lors une brillante carrière civile dans le transport international.

André-Michel Zeller est marié, père de 6 enfants et grand-père de nombreux petits enfants. Homme de conviction mais aussi plein d’humour, il est fier de deux distinctions spécifiques : vice-consul de Patagonie et chevalier du Tastevin.

 ********************************************************************************************************************************************

 

Copie d'un courrier Mail  reçu de Dominique DUPONT FRANKLIN

A la suite du cessez le feu du 19 mars 62, j'ai été muté à la force locale du 12 BCA prés de Blanda. J'y suis resté jusqu'en Juillet 62 puis muté au lac des oiseaux jusqu'en octobre date à laquelle j'ai été libéré.

Décidément, j'ai toujours eu la baraka. Aprés que mon GMC se soit renversé dans un fossé peu profond, je me trouvais du bon coté pendant que ceux d'en face se sont retrouves allongés sur la route, que des blessés mais pas de morts.

mêmes étions une douzaine. Notre bâtiment était protégé pas des hauts murs, ce qui ne nous a pas empêché d'être attaqués un soir par jets de pierres. Tous les carreaux ont volé en éclats ( fenêtres et véhicules).

Le capitaine a fait distribuer les armes et j'ai couché avec mon PM. C'est le seul incident que nous avons eu à déplorer. Nous étions donc séparés des musulmans et ces trois mois se sont finalement passés sans encombre avant de joindre la compagnie commando au lac des oiseaux commandée par un capitaine issu des paras et muté dans les chasseurs alpins a la suite du putsch de 61.

 - J'étais donc à la force locale du 12 BCA près de Blandan et non blanda comme indiqué par erreur. Le commandant  de compagnie était le capitaine Gagnaire dont j'ai gardé le meilleur souvenir et qui venait de la CCAS lui-même remplacé par le capitaine Poy qui lui venait de la 1 compagnie dans laquelle je me trouvais avant mon affectation à la force locale. Nous nous trouvions dans une ancienne SAS très bien aménagée composée d'une quinzaine d'européens chargés d'encadrer plusieurs centaines de musulmans et rien de particulier à signaler hormis une attaque de ces mêmes musulmans rapidement neutralisés. Dès le mois de juillet 62 j'étais affecté au lac des oiseaux dans une compagnie pompeusement appelée compagnie commando.

....................................................................................................................................................................... 

force-locale-de-l-ordre-algerienne-001.jpg

reconnaissance-recue-par-nos-camarades-de-la-446-ufl-2-1.jpg

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 09/05/2017

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site