Photos du village de Tifelfel commune de Ghassira Aurés

Merci de me dire par un petit mot en fin de page, si vous avez  appréciez les photos de cette région d'Algérie

Des souvenirs indélibiles  de ce petit village  de Tifelfel au dessus de la palmeraie, et, des jardins,  où, ( plutôt des petites parcelles de terrain qui étaient toutes irriguées

Batna grand ecran

1934

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vue du village 1961

Vue sur l'entreé du village de Tifelfel  en 1961 -   Route venant d'Arris

Tifelfel au premier plan poste de cantonnement

Très belle photo du poste de garde N°3 avec le réfectoire dessous, du poste de cantonnement de Tifelfel 3ème Compagnie du 4ème BCP. Photo récupérée le 15/08/2017 ou l'on voit une personne penchée sur le mur aurait put être ...l'auteur de ce site. En effet en 1961, derrière cette silhouette qui avait la porte des cuisines derrière elle, je couchais dans la mechta ou, l'on voit la fenêtre grillagée. Merci Samir !!!!

Au premier plan,  couverture coloré c'était la "chambre" du Sous -leutenant Simon que je n'ai pas retrouvé

Entre de tifelfel venant de ghoufi

L'entrée du village de Tifelfel venant de Rhoufi en 2016 Route N 31 - prise -  voir fleche ci dessous

Iere image

Said 6

Photo aimablement envoyée par Said,  ici a droite sur la photo

Said 5

Said 3

Said 1

Ces photos  de Ghassira ont été prises de la-haut

Said

Said 2

Vers ghoufi apture

Vers ghoufi

Sies

Vue de l'ancien poste militaire de Tifelfel que nous avons quitté le 9 avril 1962 avec la 434 UFO pour Tkout

Les aures 4eme b c p 017

Tkout 2016

Le panneau de l'entrée du village de Tkout en 2016

Tkout 4eme b c p 005

*********************************************************************************************

Reportage : Avoir 2000 ans dans les Aurès - YouTube

www.youtube.com/watch?v=LHsFRIW0IOk

 

 

tifelfel-003.jpg

Au fond a droite poste de garde N1

Tifelfel 001

Tifelfel 002

Vue du village 1961

Poste de garde N°3
3 logement de fonction

Logement de fonction, de l'auteur de ce site avant son déménagement dans des nouveaux

locaux en construction,  suite a l'incendie du 29 juin 1961

2 interieur du poste de tifelfel

5 tifelfelApres le demenagement

Yvon en tenue d hiver dans la cour

Yvon avec la tonne d eau

Yvon avec ses deux sceaux

Sans mes deux sceaux a tifelfel

Yvon canyon de roufi 1

Je viens de traverser l'Oued El Abiod ddébut 1962, retour  dernière opération sur l'Hammard Kradou

Les enfants a ghoufi

Photo du même lieu (l'Oued El Abiod 2017 avec des enfants !

Bouyer bret alibelharbi chaubenitoumehal sanz ripoll yvon co

Depart en camion

25

18 michon roland martin gerard et adrien

 Les chauffeurs  à  Rhoufi

Les aures 4eme b c p 019

Les aures 4eme b c p 001

12 croizat boucher calmon

9 croizat lafourcade et

Yvon juillet aout

 

 

 

********************************************************************************

Le petit village de Tahamamet dans le djebel, au delà des butttes rouges qui avait été mis en zone interdite

Tahamamet 3

Tahamamet 1

Tahamamet

Site

Tahamamet 3Tahamamet sur google

On était pas très bien placé pour une guérilla ?? en ce début Aout de 1961.à Tahamamet

Capture tifelfel

 

Capture tifelfel rhassira

 

Capture tifelfel 1

C tifelfeljpg

Ca tifelfel

Captifelfel

Cap tifelfel

Capt tifelfel

 

 

tifelfel-002.jpg

 

tifelfel-001.jpg

3--Logement-de-fonction.jpg

Logement de fonction, de l'auteur de ce site avant son déménagement dans des nouveaux

locaux en construction suite a l'incendie du 29 juin 1961, (photo de l'Ancien ci-dessous

2-interieur-du-poste-de-tifelfel.jpg

Vue du village 1961

Photo de l'ancien  camarade de Tifelfel  ci-dessous dont je remercie.... pour différencier

5 21 2011 0065 21 2011 005

Les aures 4eme b c p 001

Photos ci-dessous de  Huges Artése, dont nous remercions 

Vue du poste sur l amard kraddou

Tkout 4eme b c p 005

 

Les aures 4eme b c p 006

Les aures 4eme b c p 007

Les aures 4eme b c p 008

Avant les Aurès et Tkout pour beaucoup d'anciens du 4ème bataillon de chasseurs à pied

Passage au Centre d'intruction du 18ème Bataillon Chasseurs à  Pied  à Tours 

Caserne du centre d intruction du 18 bcp tours

Caserne de baraguez du 18eme bcp tours dont sont partis les soldats courregelongue et priou mutes au 4eme bcp en algerie pour combattre les fellagas en 1960 61 62

Capture de l'entrée de la Caserne en 2015

Photo ancienne des gorges de tighanimine

Tigha en couleurs

Monument des martyrs des aures 2

Capture

Les gorges de tirhanimine qui n etait pas accueillantes pour les militaires verses au 4eme bcp jpg

L'entrée des gorges de Tighanimine  1,300 km par le passage du tunnel  

Le poste de cantonnement de Tifelfel en reconstruction suite à l'incendie du 29 juin 1961

5 21 2011 002

5 21 2011 009

Apres le demenagement

Aprés le déménagement, dans les nouveaux locaux,ou la climatisation  n'avait pas étais prévue ?

Qu'il faisait bon ? sur le lit  du haut prés des tôles, le..... soir ?  et le matin... c'était le contraire !

Heureusement, a Alger c'est dans une caserne ultra moderne que l'ancien, a fini son séjour Algérien

Alger

 

 

Yvon avec la tonne d eau

Yvon avec ses deux seaux

C'était sans doute pour des décorations, cette photo ci-dessous Merci a l'Ancien 

5 21 2011 007

 

5 21 2011 003

Yvon en tenue dans la cour capture

 

Avant de partir pour Baiou le 1/11/1961.jpg

Le mauvais combattant

Le guerrier dans un milieu de toute  beauté en 1962

Pour les militaires qui ont vécu pendant 18-20-25 ou 30 mois dans ce poste de cantonnement de Tifelfel

Quelques vestiges de l'ancien poste de Tifelfel (3ème Compagnie du 4ème BCP) sont visibles, en 2016 

Ancien poste de tifelfel

On peut distinguer sur ce plan, sur toutes réserves ? Une ligne droitre(petit mur ? ) Celui qui était a droite de nous, lorsque que nous montions monter la garde, au poste N1 (en forme de carré maintenant) au premier plan

Le batiment qui avait été refait en carré en 1961, semble bien encore apparaitre sur ce plan,avec une modification ainsi que l'emplacement des fondations d'une tour dans son prolongement, ainsi que les fondations d'un mur, entre ces vestiges apparait le chemin d'arrivée au poste sans modification si ce n'est que des constructions au départ de celui-ci prés de la route N31Ca batiment

Peut-être l'ancien bâtiment? au premier plan 

Apres le demenagement

Intérieur dans la cour de  ce nouveau bâtiment en 1961-1962

Ancien tifelfel5

Vue sur une autre angle, au premier plan l'emplacement des bâtiments des anciennes cuisines ?

nAncien tifelfel 4capture

On distingue bien encore les vestiges de ce mur  (bâtiment paralléle et en face de la route N31 )

Le mur qui était devant celles-ci figure toujours sur le plan, (Confirmation d'un camarade qui l'a revu)  

 

Ancien mur qui n a pas ete demoli ou figure des impacts de balle qui m ont epargnes en septembre 1961

Cette trace  droite (ligne droite de 10 cm) qui monte a ce batiment carré,  ne peut être que l'ancien  petit mur

*********************************************************************************

raconté en 1904  par   DOCUMENTS SUR BATNA ET SA REGION.

"MONOGRAPHIE DE L'AURES"

PAR LE LT. COLONEL DELARTIGUE, DU 3° ZOUAVES

 

CONSTANTINE 19O4

 

Oued El Abiod

L'oued El Abiod prend sa source dans le Chélia, à Ras Keltoum (2.328 m) d'où il descend sous le nom d'oued Tiddart, puis un peu plus bas d'oued Tadjermit. Après avoir reçu les eaux qui arrosent la cuvette de Médina (oued el Anasser, oued Médina, oued Tafrent) puis celles du plateau Attalten-Tizougarine (oued Tisselguelt, oued Zgag), et après avoir traversé le défilé ; de Foum ez Zgag, il devient l'oued Noughissen ou Nourhissène et un peu plus bas l'oued Tadjera . Dans toute cette partie de son cours il arrose le territoire des Beni Bou Slimane. Il longe sur la rive gauche, depuis son confluent avec l'oued Taghit qui sert au passage de la route carrossable Lambèse-Arris, le plateau de Tafrent sur les flancs djebel Zelatou où sont les meilleures terres de culture des Beni Bou Slimane et où ils ont le petit village de M'Saîl. L'oued Tadjera en entrant dans le territoire des Ouled Daoud qu'il arrose pendant près de 35 km, prend le nom d'oued El Abiod sous lequel toute la ligne d'eau est généralement connue. Ses principaux affluents durant ce parcours sont le Chabet El Hamam , l'oued Melloudja plus connu sous le nom d'oued Bacha, l'oued Tiffertassine, l'oued d'Arris et l'oued Taghit- Enzidane. Tous ces cours d'eau sont des torrents en hiver et au moment de la fonte des neiges, mais leur lit est à sec en été et le reste de l'année, sauf dans la partie la plus rapprochée de quelques sources qui ne tarissent pas . Les principales sont Aîn El Anasser, Aîn Arris, Aîn El Hammam.

Dans la partie méridionale du territoire des Ouled Daoud qu'il arrose, les cours d'eau, affluents de l'oued El Abiod, sont nuls et c'est à peine si les sources, abondantes jadis, donnent assez d'eau pour la consommation des hommes et des bêtes. Les principaux lits de torrents sont, dans cette partie du territoire : oued Abdallah, oued Oughanime, oued Boukel-Chach. L'oued Oughanime mérite seul une mention personnelle parce qu'ilest assez abondant pour irriguer d'importants jardins et des plantations de palmiers.  Pendant tout son parcours à partir du versant méridional du djebel Ichemoul jusqu'à la gorge de Tighanimine, la vallée de l'oued El Abiod offre avec la vallée de l'oued Abdi à laquelle  elle ressemble avec plus de secheresse toutefois, un des caractères les plus saillants de la région aurésique. Le fond en est étroit et l'oued El Abiod n'est qu'un torrent pierreux. La rive gauche de la rivière est bordée par une montagne à crête étroite et à pente rapide qui la sépare d'un de ses affluents de gauche, l'oued Anza, et qui se détache du djebel Serane (montagne du paturage) qui limite le territoire des Ouled Daoud de celui des Beni Bouslimane. La rive droite est aussi très montueuse mais présente un autre caractère. Le terrain en a été découpé par les eaux en mamelons inégaux qui s'élèvent les uns au dessus des autres sur une profondeur de près de 04 km. La crête qui les domine offre des cols plus ou moins faciles qui mettent les Ouled Daoud en communication avec les Ouled Abdi. L'oued El Abiod arrose ou passe près de nombreux villages habités par les Ouled Daoud ; nous avons dit "passe près" car à part 02 d'entre eux situés au sud de la tribu, Tabentout et Tighanimine, tous bâtis dans la direction du nord s'en écartent de plus en plus de sorte que les derniers jusque et y compris Arris en sont distants de plusieurs kilomètres. Une des causes secondaires de cette disposition est la conservation relative des travaux d'irrigation exécutés par les Romains dans ce pays. Au 1° tiers de la forte ondulation très découpée qui forme la rive droite de l'oued El Abiod, les romains avaient tracé un long canal qui recueillait les eaux de toutes les sources et se dirigeait précisément depuis la base du piton qui porte le village d'Arris jusqu'à la gorge de Tighanimine. Les ouled Daoud ont trouvé utile d'élever leurs villages au dessus de la seguia romaine. Ajoutons que les mamelons d'autant plus nets et plus élevés qu'ils sont plus loin de la rivière, leur offraient des positions défensives naturelles très fortes qu'ils n'avaient garde de négliger. Au début de son cours au moyen d'un de ses affluents, l'oued Médina, il arrose la plaine de Médina, traversée aujourd'hui par un bon chemin en partie carrossable . Cette plaine futà l'origine le point de départ de toutes les colonnes envoyées à la conquête de l'Aurès. Le plateau de Médina forme une superbe conquête de pâturages et de terres fertiles bien arrosées. Une partie de ces terres fut séquestrée lors de l'insurrection de 1879 et attribuée à la colonisation ; on y a pas encore créé de centre de population. 

Ce plateau est une des positions les plus remarquables de l'Aurès et en quelque sorte la clef de sa domination. La combe est comprise entre le Chélia au nord et la muraille de M'zara ou Meçara au sud. Elle communique avec Batna par une bonne route passant par Djermane, avec Khenchela par le col de Tizougarine, long défilé de 08 km, elle commande la tête des vallées de l'oued Abdi, de l'oued El Abiod et de l'oued Chenaoura ou Chabet El Hara, ainsi que celle de l'oued Mellagou (cours supérieur de l'oued El Arab), et tient tous kes chemins qui viennent du nord en contournant le massif du Chélia (le bouclier) . Le Chelia est le "mons Aspidis" de Procope par une coïncidence bizarre, le mot latin "Aspis" d'où dérive Aspidis signifie aussi "bouclier", comme le mot arabe.

A l'entrée de la vallée de l'oued El Abiod se trouve le village d'El Hammam, situé à une grande hauteur ; il constitue une forte position difficilement abordable. Cette dechra a été le centre de l'insurrection de 1879 à la suite de laquelle elle a été rasée. On rencontre ensuite la dechra des Ouled Moussa, El Hadjadj, Taghit-Bacha (dans la vallée de l'oued Bacha), Tiffertassine, Arris (les terres blanches), Nerkeb (la mosquée), El Beida (la blanche), Sanef, El Hamra (la rouge), Tagrout Ameur, Taghit-en-Zidane (la gorge de Zidane), M'Zata, Bellioud ou Bel-Jedoud (village des Juifs),Taakchount (les gourbis), Tabentout (les femmes), Tighanimine (les roseaux).

Depuis 1893 une école et un hôpital construits par les Pères blancs ont été édifiés à Arris. Les soins et les médicaments gratuits sont prodigués aux indigènes . A El Hamra, non loin d'Arris, est une zaouia tenue par Si El Mekki, successeur de Si Mohammed Saddok Ben Tazeoualt, mokkadem de l'ordre des Rahmanya. L'influence religieuse de ce personnage est très grande, non seulement chez les Ouled Abdi et les Ouled Daoud, mais aussi chez les Beni Oudjana, les Achèches et les Amamras. Les Ouled Daoud ont la même origine que les Ouled Abdi. Ils sont laborieux ; la prostitution bien qu'y étant moins importante que chez les Abdaouis y existe cependant d'une façon bien marquée. C'est à elle qu'on doit attribuer le grand nombre de crimes qui s'y commettent. Le sol de la tribu a une altitude variant de 1.800 à 800 m; il est très accidendé, les terres de cultures sont de bonnes qualité. Quelques belles sources servent à les irriguer. Les plus importantes,situées dans la plaine de Médina, sont: Aîn Khanguet ed Debane, la plus forte de toutes, Aîn El Anasser, Aîn Djermane, Aîn Meloudja, Aîn Bacha et, dans la vallée de l'oued El Abiod, les sources d'Arris et celle de Taghit .

Après le village de Tighanimine, l'oued El Abiod s'incline au sud, forme un étranglement serré qu'il est au nord par les dernières pentes de Zelatou, au sud par les premiers escarpements du Djebel Krouma . Ses gorges longues de 03 km sont les plus belles de l'Algérie ; elles sont formées par une brisure perpendiculaire par laquelle les eaux de l'oued El Abiod  s'échappent pour tomber dans un sillon parrallèle où elles se réunissent à celles de l'oued Chenaoura (Chabet El Hara) . Les Romains avaient construit 02 forteresses à Tighanimine et Tifelfel, pour commander l'entrée et la sortie de ce défilé, que l'on peut considérer comme la porte du réduit de l'Aurès . Les 02 premiers kms en venant de Tighanimine sont assez facilement franchissables; puis les gorges se resserrent brusquement et pendant 01 km elles sont à peu près impraticables, aux mulets. Des fantassins peuvent passer assez facilement.

A la sortie des gorges le défilé continue ; on trouve Teniet El Beida (le col blanc) ou Safet El Beida, puis la rivière entre à nouveau dans le territoire des Beni Bou Slimane et traverse Taghit (village de 120 maisons) . La dechra de Taghit est entourée de cultures, c'est une suite de jardins délicieux d'environ 02 km de long. C'est là que se trouvent les premiers palmiers dont les dattes mûrissent . On trouve aussi dans cette contrée des guelas à 04 et 05 étages des plus curieuses. On passe ensuite à Tifelfel des Beni Bou Slimane, à Messaouda et à El Arich (les berceaux) ,confluent de l'oued Chenaoura, près duquel sonr Rassira et le village des Ouled Abed. El Arich est une petite oasis allongée d'environ 02 km. Après El Arich (800 m d'altitude) ; la vallée entre dans un pays épouventable, où il semble que les pierres ont plu en déluge. Pas un brin d'herbe, un dédale de collines entre lesquelles on n'a aucune vue . En été la chaleur et la réverbération du soleil y sont terribles ; la rivière passe près de Tahalit (la rivière forme de Tahalit jusqu'à Baniane, un "canon" magnifique au fond duquel réapparait la végétation saharienne . Du fond de la vallée, les villages se devinent juchés tout en haut de la muraille de calcaire du "canon" de même aspect et de même couleur que le roc, uniquement reconnaissables aux quelques trous qui servent d'ouvertures aux maisons),Khelifa , le village de Rhoufi, jadis détruit ,nouvellement réédifié, où existent d'assez beaux jardins, une partie des habitants est installée dans les grottes . Puis vient la guelaa d'Ouled Mansour et les quelques maisons d'Ouled Yahya .

L'oued El Abiod reçoit à gauche de l'oued El Ars (rivière de la noce) et le caractère desertique du pays s'atténue un peu ; la vallée s'élargie, la route devient bonne . On arrive ainsi à Baniane (440 m) (les constructions) qui constitue une assez grande et jolie oasis de forme allongée, sise au pied d'une guelaa ruinée. A Baniane est la zaouia de Si Mohammed ben Ramdan ;construite près le confluent de l'oued Dyssa sur le plateau de Tazougart (la rouge). A 02 km au nord de Baniane, sur l'oued Dyssa, irrigué par lui et par une jolie source nommée El Hammam, se trouve la petite oasis de Dyssa (2.000 palmiers).

Après Baniane, l'oued El Abiod arrose la curieuse oasis de Mechounèche (330 m) qui est traversée par toute la rivière et irriguée au moyen de 07 barrages conduisant l'eau par diverses seguias. A quelques kilomètres au dessus de Mechounèche est le confluent, rive gauche, de l'oued Ben Sahbane ; l'oued El Abiod prend alors le nom d'oued Bahli et arrose l'oasis d'El Habal ou El Habel (250 m) ; non loin et à l'ouest se trouve l'oasis de Drauh ou Droh dont nous avons déjà parlé ... L'oued Bahli ou El Abiod, fortement resserré par les dernières collines de l'Aurès tourne brusquement vers le sud, limite les dernières pentes de l'Ahmar-Khaddou, traverse les gorges de Mzata et prend le nom d'oued Biraz en pénétrant dans le Zab de Sidi Okba irriguées par l'oued El Abiod. Les oasis de Chetma, Droh et Sidi Khelil, situées dans la même région, sont arrosées au moyen de sources). Il débouche ainsi dans la plaine qui constitue le véritable Sahara . Un barrage dit "Mekzem ez Zab" divise l'oued El Abiod en 05 séguias qui amènent l'eau dans les oasis de Garta, Seriana, Tahouda et Sidi Okba.

                                                                        CONSTANTINE 19O4 
Photos de l'Oued El Aiod
Pour l ab
 
Pour l a
 
Pour lalbu
 
Tifelfel est maintenant de la commune de Ghassira, avant c'était le contraire, je crois 
Ghassira est une commune de la wilaya de Batna, située à 85 km au sud-est de Batna et à 59 km au nord-ouest de Biskra, elle longe la route national 31 reliant Batna-Biskra par Arris.
La commune de Ghassira est composée de 14 localités[2] :
- Hiza
- Kef Laarous
- Messaouada
- Ouled Abed, chef-lieu de la commune
- Ouled Bouakaz
- Ouled Fatah
- Ouled Hellal
- Ouled Idir
- Ouled Mimoun
- Ouled Ouarlache
- Ouled Si Ahmed
- Rhoufi (ou Ghoufi), village qui a donné son nom aux Balcons de Ghoufi
- Tabaalit
- Tifelfel
SITUATION GEOGRAPHIQUE
La commune de Ghassira  est située  dans le versant sud des Aurès  à environ 85 KM  au sud est du chef lieu de la  Wilaya de Batna.
Elle est limitée :
- au nord  et au nord ouest par les communes de TIGHANIMINE et MENAA
- A l'Ouest et au  sud ouest par les communes de M'CHOUNECHE et MEZIRAA  qui font partie de la Wilaya de BISKRA.
- A l'Est par la commune de T'KOUT , chef lieu de Daïra.
POPULATION
- La population compte 7327 Hab  selon  RGPH de 2008  dont  80%  sont des jeunes .
- Elle se concentre sur  le long de la route Nationale N°31 
- L'activité  principale des citoyens se base  sur l'agricultures et  l'artisanat notamment la menuiserie.Loi de créationGhassira est une commune de la Wilaya de Batna ,apparue après le découpage administratif du  19 décembre 1984. Décret n° 84-365, fixant la composition, la consistance et les limites territoriale des communes  de la Wilaya de Batna
HistoireSelon  l'historien  grec BROCOP, la région de Ghassira  est connue  depuis  le 3eme et le 4 eme siècle  sous le nom de Ighassiren en référence à un leader berbère  du nom de  Ghassiranus  à l'époque  byzantin. mais ce nom n'a été généralisé sur toute la commune qu'en 1890 par les  forces coloniales en réunissant ainsi toutes les tribus composant les localités ci-desssus sous le nom  unique de Ghassira allant de Tifelfel  à Kaf laarous.La commune de Ghassira est l'une des commune qui à donner  le plus de chouhada  pour l'indépendance  de l'Algérie dans la région (presque le 1/3 de la population ) est à connue  de grandes  batailles tel que la bataille de  belaala et ifri lablah et  présence du leader Mostefa ben boulaid.
Activité culturelle
La région dispose d'un vaste potentiel culturel qui spécifie  les Pratiques   de  la vie quotidienne  des ghassires.
La commune de Ghassira comme toutes les région des Aurès se connait
Par sa poterie, son tissage (tellis), ses bijoux , sa musique Chaouïa  et ses traditions qui caractérisent  les différents événements. 
D'un autre coté la commune de Ghassira a donner naissance à plusieurs intellectuelles qui ont  contribuer  au développement de notre pays tel que le père des ambassadeurs  cheikh Mohammed el ghassiri …
TOURISME
Quand on parle de Ghassira  et du tourisme  on pense immédiatement à l'une des merveilles de la nature qui constitue l'un des appuis du développement futur de la région, il s'agis de GHOUFI.
Inscrit dans le répertoire des sites naturels protégés, en 1968, Ghoufi est l’un des lieux d’exception qui résiste à toute description. Situé dans la commune de Ghassira, ce site naturel est une réserve incomparable et méconnue, cachée au creux de montagnes escarpée.
Le charme de la région de Ghoufi  vient de ses cinq “balcons”.
Une vue extraordinaire sur les vergers et les hameaux (totalement abandonnés), nichés au fond du canyon de l’Oued Labiod.
Cependant, en dépit de son potentiel touristique, les pouvoirs publics doivent mettre de  gros moyens pour promouvoir le tourisme dans la région et donner une véritable  pousse  au développement de la région.
PROJETS STRUCTURANTS
La commune de Ghassira  qui longe  la R N 31 sur 22 Km et UN CW 05 vers la daira  su 05 Km  comporte 05 écoles primaires , un CEM et un lycée en cours de réalisation .elle comporte aussi 04 salles polyvalentes dont 02 non équipées et 05 salles de soins couvrants ainsi toute la population.
Le taux de couverture en AEP est environ 96%  , l'assainissement: 94%  , électricité 90%  , Téléphone fixe  environ 45 %.
Contact
Telephone: 0 33 94 71 01/02
Fax  : 0 33 94 71 71

****************************************************************************

Tifelfel en 2016

2016

 

 

 

 

2016 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2016 2

2016 5

 

2016 4

2016 6

2016 7

2016 8

2016 9

2016 10

2016 11

2016 12

2016 13

2016 14

2016 15

2016 16

2016 17

2016 18

2016 19jpg

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 13/09/2017

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site